Le Grand Tour de Fionie

Tour de Fionie

Géographiquement parlant, la Fionie (Fyn en danois), est la petite île danoise posée entre le Jutland et le Sjaelland. Comme toutes les îles, elle a son identité propre, faite de collines verdoyantes bien rebondies, de mini falaises, et de bords de mer paradisiaques. Isolée, sans jamais être bien loin d’une bourgade ou d’une ferme-boutique vendant de délicieux produits, la Fionie cultive un équilibre tranquille, terre à terre—ou terre à mer. Il y fait bon s’y échapper le temps d’un week-end.

Le Tour de la Fionie dans le sens inverse des aiguilles d’une montre

Ne me demandez pas pourquoi, la seule explication que j’ai trouvée c’était de faire la tournée des fermes-boutiques pour faire le plein de bons produits dès le début du road trip. Pour partir le ventre bien rempli, et déguster une barquette de fraises sur la plage, au coucher du soleil. Petite émotion, lors du passage sur le pont Grand Belt, où j’ai revécu ce semi-marathon d’anthologie, terminé sur la plage de Nyborg à faire trempette dans ses eaux parfaites. Donc pas de grandes villes au programme: j’ai déjà couvert Odense (la ville principale, au cœur de la Fionie), Egeskov, et Svendborg dans des articles précédents.

Vers Nybord
Pont Grand Belt

Au rythme donné par Dame Nature

J’ai délaissé Nyborg pour remonter sur Kerteminde, sans m’y arrêter non plus (j’y ai consacré un article), car j’ai décidé la veille d’aller marcher le long de Fynshoved. Lors de ces road trips, j’ai tendance à juste marquer quelques points d’intérêts sur un post-it. Vu qu’au final, ce sont les appels de la nature qui dictent plus ou moins le rythme et les arrêts. Avant même d’atteindre Fynshoved, Stubberup s’est imposée à moi. En gros, j’ai vu une église et je me suis dit qu’il y aurait des toilettes. Bonne pioche, et en plus l’église avait de magnifiques fresques médiévales et un ex-voto suspendu à sa voûte. Dame Nature m’a ensuite fait comprendre de bifurquer à gauche pour prendre des forces à l’adorable ferme-boutique « Fynshoved café & Gaardbutik ». Et tant qu’à faire j’y ai fait quelques provisions. Les aventures peuvent maintenant commencer.

Fynshoved, la pointe de Fionie

Ce choix de dernière minute s’est avéré être au final le plus beau souvenir de la journée. Ce lieu est juste incroyable et insoupçonné au Danemark, avec ses jolies collines bordées de falaises abruptes où paissent des moutons et des vaches. Dans les airs, de nombreuses variétés d’oiseau batifolent (eider,huîtrier pie, courlis cendré, harle huppé, macreuse noire, chevalier gambette), et au bord de l’eau les phoques se prélassent dans des eaux cristallines à la surface d’huile.

Du nord au sud, en passant par la Sibérie, Bruxelles et Berlin

En longeant la côté—et un lieu-dit du nom de Siberien, je suis arrivée à Flyvesandet (les sables volants). Une magnifique plage, malheureusement trop fréquentée à mon goût, donc j’ai fait un tour à la superbe réserve ornithologique, puis j’ai continué vers Bogense. En route, je n’ai pas résisté à l’appel d’Æbelø, l’île en forme de pomme, accessible à pied, en ayant de l’eau jusqu’à la taille. Toujours aussi spéciale. À Bogense, j’ai salué le Mannekenpis, puis je suis partie en quête d’une plage plus tranquille sur la côte ouest. C’est comme ça que je me suis retrouvée à Berlin, en plein milieu de la Fionie.

Dormir veillée par la lune, au bout du månestien

23:28 : je vous écris ces quelques lignes du bord de la plage de carte postale où je vais passer la nuit. Le dégradé de rose du coucher de soleil s’étire encore longuement vers le bleu sans vouloir vraiment s’éteindre. Une chouette vient de se poser sur un poteau après une belle pirouette juste sous mon nez. Je n’en avais jamais vu d’aussi près (en liberté). Ça change des mouettes.

Ce tour de Fyn est décidément sous de bons auspices. En tout cas, niveau météo: quelle belle journée à 20 degrés après ce récent retour d’automne! Par contre, j’ai eu un peu plus de difficultés à trouver un coin à la fois beau et tranquille pour passer la nuit. Trop habituée à la Suède et ses spots de rêve, déserts, presque sans chercher.

N’oublions pas non plus ces deux belles piqûres d’abeille, dont une en plein milieu du front. Les gars, oubliez le Botox…la piqûre d’abeille, c’est l’avenir! Ça donne mal au crâne en tout cas. 0:18, le coucher de soleil est presque fini, il est temps de se coucher.

Réveil nordique

Sortie de mon sommeil très tôt par les cris rauques d’un faisan géant, trônant à l’entrée de la plage, combiné à une lumière crue perçant à travers les roseaux, je m’extirpe douloureusement du sac de couchage. Encore vaseuse, je titube vers la longue jetée en bois. Le contact de l’eau fraîche, ondulant légèrement dans la brise matinale parachève l’œuvre du faisan et du soleil. Un bon café lyophilisé adouci d’un peu de cocio (célèbre marque locale de lait chocolaté), et me voici prête pour une deuxième journée de découverte du versant sud de la Fionie.

Helnæs, quand le paysage correspond aux promesses de la carte

Première étape, Helnæs. Presqu’île repérée sur la carte. Cette langue de terre accrochée à une petite île présage des paysages étonnants. Autant vous dire que je n’ai pas été déçue. La longue route, juste assez large pour deux voitures , serpente dans les eaux bleues, pour déboucher sur d’ imposantes falaises claires (tout est relatif quand la route est au ras de l’eau). Quelques faux airs de la norvégienne route de l’Atlantique, que vous avez sûrement aperçu dans des réclames d’automobiles. Toute aussi plaisante à traverser, l’île d’Helnæs est ponctuée au sud par un fier phare blanc. Attention, aux traversées intempestives de lièvres en vadrouille.

Enclave japonaise au Danemark

Qui l’eut cru? Entre les maisons à toit de chaume, s’élève une pagode de pierre marquant l’entrée d’un jardin japonais. En plein cœur de la Fionie. Arrivez le matin avant la foule (car elle viendra), pour profiter du calme zen et des parfums enchanteurs de ce jardin merveilleux. Superbement détaillé, on s’y croirait presque. L’expérience est d’ailleurs totale avec un restaurant, et une boutique (sans oublier les toilettes japonais). Ce jardin, c’est le rêve de Peter, qui depuis 35 ans voue une passion pour la culture japonaise. Paysagiste de formation, il est parti à Kyoto se spécialiser dans l’art des jardins japonais. En 2000 il achète le terrain, et s’ensuit un travail titanesque –notamment administratif, pour enfin ouvrir le 1er mai 2007.

Faaborg, le port d’entrée de l’archipel

Comme si je me réveillais une deuxième fois aujourd’hui, je reprends la route dans une chaleur estivale. Direction Fåborg. Ville restée dans les annales, avec nos crevaisons à répétitions de l’an dernier lors de notre périple à deux roues, d’Odense aux Alpes de Fionie. Dans un contexte plus détendu, j’ai enfin pu découvrir le charmant centre-ville, et son bord de mer invitant à l’exploration de l’archipel de Fionie. Un lieu souvent cité comme étant le plus beau du Danemark selon plusieurs sources danoises. Vous pouvez y prendre le ferry pour Ærø, Lyø, et Avernakø. Sur le port, un festival à l’honneur du Groenland. Des constructeurs de kayaks traditionnels présentent leur travail. Ayant testé à peu près toute forme de kayaks, j’inspecte avec curiosité la charpente d’un kayak dénudé de sa peau de phoque. Et c’est comme ça que j’ai failli être embauchée pour en construire un, pendant mes week-ends d’hiver. Dommage que ce soit un peu loin. Mais encore une raison d’y revenir…

Carnet d’adresses gourmandes en Fionie

Quelques belles adresses croisées en route, notamment des fermes-boutiques :

  • Fynshoved Café & Gårdbutik à Norskov.
  • Les vergers de Nybro, pour de délicieux jus de pommes, et du cidre.
  • Skårupøre Vingård, dégustation à partir de 6 personnes.
  • Gundestrup Mejeri & Bryghus, connu pour fabriquer le meilleur fromage fumé de Fionie, le fynske rygeost
  • Mosgaard Whisky & Gin, visite guidées pour percer les secrets du goût si particulier des whiskys et gins de Fionie.
  • Refsvindinge Bryggeri, et sa délicieuse bière No4.

Sans oublier la boutique de bord de route en self-service de Lars (rencontré en personne!)…où la confiance règne, enfin presque.

One thought on “Le Grand Tour de Fionie

  1. Anne LANDOIS-FAVRET

    Je suis passée sur l’île de Fionie pour aller visiter Egeskov, je l’avais trouvé vallonnée, cela m’avait surpris. Je n’avais malheureusement pas eu le temps de visiter d’autres endroits et encore moins les bords de mer. Les paysages sont superbes et le jardin japonais trop mignon ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.