Vacances nature, dans une sommerhus danoise

sommerhus

S’échapper, déconnecter, et se ressourcer, tout en restant proche de ses valeurs. La sommerhus est la solution venue du nord. Décryptage culturel.

Vacances danoises

Les vacances de Pâques approchent, et de nombreux Copenhaguois vont bientôt entamer une transhumance pascale et déferler sur la côte Ouest. Je ne parle ni des Etats-Unis ni de la Bretagne, mais bien du Jutland. Les frontières étant fermées, c’est la seule option possible pour se mettre au vert une semaine ou deux. Cela tombe bien, la plupart des Danois ont une maison de vacances ou sommerhus, au Danemark ou de l’autre côté de l’Öresund, en Scanie. D’après Danmarks Statistiks, il y aurait plus de 200.000 « maisons d’été » au Danemark. Et si elles sont principalement utilisées en été (d’où leur nom), rien n’empêche d’y passer ses week-ends, et ses vacances quelque soit le moment de l’année.

La sommerhus, une tradition ancrée dans la mentalité nordique

Située au bord d’un lac, cachée sous les arbres, ou lovée dans une dune de sable fin, la maison d’été représente bien plus qu’une simple maison de vacances. Elle incarne le mode de vie à la danoise, sa culture et ses valeurs. La tradition de la sommerhus remonte au XIXe siècle, lorsque les Danois partaient l’été vers les longues plages du littoral –plus de 7000 km, et ses nombreuses îles – près de 400, pendant les mois d’été. Pour échapper à la vie urbaine et passer du temps en famille et/ou avec des amis.

Chaumière danoise
Sommerhus danoise, sur la côte Ouest du Jutland

Revenir aux choses simples

Le strict minimum. Les sommerhuse danoises sont souvent très simples, tout en restant confortables, et hygge. C’est un peu comme du camping amélioré. Et comme le littoral danois est grignoté par les vents et la mer chaque année, ils gardent en tête le côté éphémère de la construction. Lasse Andersson, directeur artistique de l’Utzon Centre, explique comment la maison d’été fait partie intégrante de la vie danoise, du fait de sa relation avec le paysage, et l’utilisation de matériaux naturels. Parfois, la maison est même construite en famille. Quelque soit le statut social du propriétaire, une sommerhus reste modeste, et minimaliste. Un peu à la manière d’un voyage en van, on ne s’encombre pas du superflus, on prend juste ce dont on a besoin, pour mieux se recentrer sur l’essentiel : créer de bons moments. D’ailleurs, l’agenda n’est pas bien chargé, à part se balader au bord de la mer et ramasser de l’ambre, lire un bon bouquin au coin du feu, et préparer de bons petits plats.

Intérieur d’une maison de vacances danoise. Crédit : Maison Nature

Être proche de la nature

Par définition, une maison d’été est proche de la nature et de l’eau –lac, rivière ou bord de mer. Cette relation avec les éléments naturels aide à se ressourcer. Le respect de l’environnement est imprimé dans l’ADN danois, et le concept de sommerhus s’inscrit dans une vision durable et consciente en termes d’énergie. Il témoigne aussi de l’amour des Danois pour les matériaux naturels, ainsi que d’une tradition de design et de techniques artisanales ancestrales, (charpenterie, maçonnerie et toits de chaume, voire en des toits en goémon sur Laesoe). À la fois éthiques et esthétiques, ces maisons bios s’intègrent très bien dans le paysage.

Maison au toit de goémon de Laesoe

Passer ses vacances au Danemark dans une sommerhus

L’expérience est plutôt tentante, n’est-elle pas ? La question que vous vous posez à présent : comment trouver son petit coin de paradis, sans connaître quelqu’un qui serait prêt à vous louer sa maison pour les vacances. Car cela se passe beaucoup de bouche à oreille, et entre amis. Heureusement, il y a internet. Commencez par jeter un œil à la belle sélection de maisons danoises du site de Maison Nature. Il y a un peu de toutes les tailles et toutes sortes, et un peu partout au Danemark, en bord de mer et sur les îles. Ce que je trouve super sur leur site, ce sont les filtres de recherche, qui permettent de cibler des maisons en fonctions de critères écolos (consommation d’énergie, tri des déchets, produits du jardin, etc.), géographiques (proche de la mer, rivière, forêt), le degré d’isolation, le type d’habitation (ferme, roulotte, yourte, chalet, glamping, et bien d’autres). Bref, c’est top quand on a quelque chose de précis en tête, par exemple « une cabane en rondin », premier critère, « au milieu de nulle part », deuxième critère. Boom, il y en a justement une à Kibæk. Je réserve ?

Sommerhus à Kibaek. Crédit : Maison Nature

Article écrit en partenariat avec Maison Nature

2 thoughts on “Vacances nature, dans une sommerhus danoise

  1. J’adore ces concepts, cet art de vivre. En Finlande, il y a aussi un équivalent, l’été (souvent), ils y foncent. La personne qui nous avait loué son appartement partait, durant cette période, dans sa maison de vacances ! 🙂

    • C’est une belle manière de s’échapper (bon, au Danemark, c’est surtout aux impôts qu’ils cherchent à échapper). Une ancienne collègue ne vivait que pour ce moment de l’année, l’été en Finlande, dans la cabine familiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.