Læsø, une île paradisiaque aux confins du Danemark

Laesoe

Læsø est une des îles les plus nordiques du Danemark. À 90 minutes de la côte du Jutland nord, elle recèle de nombreux trésors culturels, naturels et gastronomiques. En tout cas, c’était l’endroit idéal pour déconnecter quelques jours.

Frederikshavn, la porte d’entrée de Læsø

Deuxième étape sur la route vers Læsø, la commune de Frederikshavn, où j’ai prévu de prendre le ferry. Un petit train local reliant Aalborg à Skagen part toutes les heures, et me dépose à 10 minutes du terminal maritime. J’avais prévu large, mais ayant eu beaucoup de chance avec des trains extrêmement ponctuels, j’ai eu le temps de faire un tour en ville. Pour ceux qui comme moi voyagent avec un gros sac à dos, il est possible de déposer ses bagages dans des casiers gratuits, dans la salle d’attente pour le ferry. Derrière la gare, se cache l’ancien quartier des pêcheurs, Fiskerklyngen, et ses adorables maisonnettes jaunes et noires. Toujours très en avance pour le ferry, le capitaine en personne m’invite à tenter ma chance dans le prochain « de toute façon le billet est gratuit cet été ! ».

Læsø, une île danoise au patrimoine unique

Tente plantée et vélo réservé, il n’y a plus qu’à explorer. 21 sur 12km, traversé de belles routes tantôt maritimes, tantôt sylvestres (Klitplantagevej). L’avantage du café lyophilisé, c’est qu’on a plus vite envie de passer à autre chose le matin. Je m’élance donc sur les routes d’une Læsø encore endormie, direction Byrum. Arrivée à la rutilante Tour Thorvald Hansen, j’oblique vers les bois, histoire d’être à l’ouverture de la célèbre fabrique de sel.

Les îliens sont très fiers de perpétuer une technique vieille de plus de 500 ans, et remise au goût du jour après avoir été abandonnée dans les années 1600. Très vite, le lieu est assailli de visiteurs, qui se ruent sur le tour en tracteur de 2h à travers les marais salants (150kr). Il a beaucoup plu avant mon arrivée, donc le sentier est très inondé, et je préfère retenter ma chance une fois l’eau évaporée.

Je ne manque pas de savourer une crêpe (dont la recette est secrète), avant de partir vers les fameuses maisons au toit d’algues au vieux village d’Østerby. En route, ne manquez pas un crochet vers le musée situé dans une ferme datant de 1631. Une partie du toit a plus de 400 ans, et vous y apprendrez tout sur cette technique de construction si particulière à Læsø. Comme l’agriculture, c’était l’apanage des femmes enturbannées dans leurs grandes écharpes de toile blanche, car les hommes partaient en mer dès l’âge de la Confirmation, à chaque printemps. À l’orée de 1900, la flotte de Læsø comptait plus de 600 bateaux.

Une beauté naturelle

Juste après le village de Gammel Østerby, la plage de Danzigmand borde le flanc nord est de l’île. Dunes sculptées par des vents capricieux, sable immaculé finement broyé par le roulement incessant des vagues indigo. Une petite maison se dresse timidement juste au-dessus de la courbe des dunes, juste ce qu’il faut pour garder un œil sur la mer, prête à la dévorer au moindre moment d’inattention.

En termes de nature, Læsø est un microcosme idéal pour l’observation des espèces végétales et animales. Nombre de familles passent leurs vacances dans ce lieu qui offre effectivement beaucoup de possibilités, de la chasse à l’ambre, à la chasse au phoques, ou même celle des champs de pierres de l’ère glaciaire : de gros cailloux sombres et ronds affleurant comme les pierres de gué d’un jardin zen. Il y en a un peu partout autour de l’île, et les locaux proposent des tours spéciaux pour les faire découvrir. Si vous prenez le ferry pour la Norvège à Hirtshals, c’est également une très belle escapade danoise insolite avant d’embarquer, ou avant de rentrer en France.

Seule au monde

Une des plus belles balades, à Læsø et je dirais même au Danemark, est le sentier menant Hornfiskeroen (l’île aux orphies ou aiguilles de mer, poisson tout en longueur et frétillant abondamment dans les eaux danoises). J’avais préféré attendre le deuxième jour pour y aller, après avoir bien consulté la météo et m’être renseignée sur le coin et la faisabilité de la randonnée seule et à pied (le mieux est le cheval). La première partie depuis la fabrique de sel est possible à vélo, ensuite quand le sentier devient trop inondé, il faut continuer à pied, avec de l’eau au maximum au niveau des genoux. À perte de vue, des étendues d’eau et de lande me jouent des tours visuels, et les vaches de pré salé me semblent à la fois énormes et si éloignées. De même pour le tracteur à touristes, qui roule à tombeau ouvert sur la surface argentée, slalomant habilement entre les pierres de moraine.

Quelques adresses sur Læsø

Manger des écrevisses sur le port d’Østerby. C’est la spécialité locale !
Demander le poisson du jour à Hummerens Hus, à Vesterø.
Se relaxer religieusement dans une église au toit de verre, transformée en centre de cure thermale.

4 thoughts on “Læsø, une île paradisiaque aux confins du Danemark

  1. C’est superbe, j’aime beaucoup ces petites maisons colorées et je viens de découvrir l’existence des toits en algues ! 🙂

    • Merci Julie pour la visite de Læsø, j’adore 😍. J’ai visité cette île petite avec mes parents et les souvenirs me reviennent. Les photos sont magnifiques et les petits details et anecdotes sur la mentalité danoise et font rire. Danoise étant installée en France depuis 1994, j’aime ce regard extérieur dans les récits.
      Encore merci 😊.
      Rikke

    • Merci Anne! C’est une particularité locale qui gagnerait à être utilisée dans les régions ayant beaucoup d’algues à proximité, comme la Bretagne. Contre toute attente, cela ne sent pas du tout mauvais et est bien plus durable que la chaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.