Îles Féroé, une semaine féerique au milieu de l’océan


îles Féroé

Les îles Féroé sont ces îles scandinaves, jetées dans l’Atlantique nord, comme un marchepied entre l’Ecosse et la Norvège. Connues pour leur météo capricieuse, venteuse et brumeuse, nous y avons passé une huitaine loin de la vague de chaleur frappant le reste de l’Europe. 

Rien de plus impoli que de comparer une demoiselle à une autre lors d’une première rencontre. Pourtant, la tentation est grande d’associer les paysages des îles Féroé à ceux de l’Irlande, Ecosse, Islande et Norvège. Et c’est ce qui fait justement leur singularité. Ces 18 îlots volcaniques, jetés en pâture aux vagues atlantiques et aux vents pénétrants des hautes latitudes, vous feront oublier le reste du monde, de toute façon.
L’insularité féroïenne (féringienne pour ceux qui préfèrent) m’a d’ailleurs plus rappelé mes voyages maritimes avec ses conditions d’extrême humidité et cette observation constante du ciel et de la courses des nuages. Peut-être était-ce parce que j’avais troqué mon fidèle sac à dos pour mon sac étanche de voile, ou le fait de dormir dans un van au confort minimaliste…et d’avoir choisi de ne pas avoir de wifi les premiers jours pour bien déconnecter ?

îles Féroé îles Féroé

► Petit point Wifi: Les îles Féroé ne sont pas dans l’UE, donc pas de roaming, même avec mon forfait danois (un comble!). Une bonne option: la carte prépayé 25kr de communications locales + 2GB pour 97 kr.

Tórshavn, la capitale des îles Féroé

Tórshavn est la ville principale de l’archipel, à l’extrême sud de l’île de Streymoy. C’est sûrement une des capitales les plus singulières que j’aie visité, car en matière de taille, elle se situe plus du côté de la bourgade où j’ai grandi que de Paris. Et c’est tant mieux, car c’est une ville bien calme, où il est facile de se repérer. Nous étions en vacances après tout.
Au beau milieu du port, s’avance fièrement un ilôt de maisons rouges carmin: Tinganes, le parlement. Les ministres y sont plutôt bien lotis!
Au fil de la balade, un quartier dont le charme ancien n’avait rien à envier à celui des villages perdus des confins de l’archipel: Reyni. Encore une fois, une ambiance de toits végétaux bien inatendue dans une capitale européenne.
Si vous êtes intéressés par l’art, vous pouvez visiter le musée Listaskalin, ; ou la Maison du Nord, le centre culturel dédié à la Scandinavie dont l’architecture étonnante se distingue dans les hauteurs de la ville.

Randonnée vers l’église de Kirkjuboeur

Au départ de Torshavn, une belle randonnée vous amène à une vieille église au bord de l’eau. Au Moyen Âge, le village était le siège de l’ancien diocèse des îles Féroé, d’où la présence d’une grande partie du patrimoine médiéval des îles, notamment la cathédrale Saint-Magnus, l’église Saint-Olav et la Kirkjubøargarður (la plus ancienne maison de bois au monde à être toujours habitée, qui remonte au XIe siècle–magnifique bibliothèque).

Magasins et restaurants

Restaurant Torshavn
Question nourriture, c’était un peu la déconfiture: soit c’est bon marché et gras, soit très cher et un peu trop guindé pour nos looks de randonneurs. Il a fallu creuser, et au final, nous avons trouvé quelques adresses sympathiques:

  • Le buffet du restaurant Gras, sur les hauteurs de la ville, un peu cher, mais vraiment apprécié après trois soirs de friture.
  • Etika Sushis: les bouchées japonaises alliées aux délicieux poissons frais des îles.
  • Skeiva pakkhus, une adresse simple au bord de l’eau. Sur réservation le soir.

Un magasin : Gudrun & Gudrun, et craquer sur leurs beaux lainages

Nota bene:

  • Tout est fermé le dimanche.
  • Voxbotn, un festival de musique, mi-juillet.
  • Le jour national est le 28 juillet, c’est la fête de saint Olaf, qui dure en fait toute la semaine (Olavsoeka): au programme, courses de barque, chant, danses traditionnelles en costume. C’est l’événement de l’année! Attention, beaucoup de magasins fermés.

Suduroy, l’île la plus au sud de l’archipel

Lundi matin 9h: ferry pour Suduroy, l’île la plus méridionale du pays. Nous y allons justement en quête de soleil, celui-ci ayant déserté Stremoy. N’hésitez pas à venir faire la queue tôt pour être sûrs d’être sur le ferry, car pas de réservation possible et on achète son ticket sur le bateau durant les 2 heures de trajet retour (225 kr AR pour 1 voiture et 2 adultes).

Suduroy

Hvannhagi

Les deux endroits à ne pas manquer: le phare d’Akranes et la randonnée vers le lac de Hvannagi. Possibilité de descendre vers le lac: escarpé mais faisable.
Après un petit passage à l’office du tourisme, pour organiser notre traversée vers Mykines (galère sans wifi ni téléphone), nous reprenons le ferry à 15h30.

Traellanes

Streymoy

Saksun et son église

Comment ne pas tomber sous le charme de Saksun, et sa belle église, coincée entre deux montagnes, au bout d’un fjord?

Une magnifique rando de 3h permet de rejoindre le village viking de Tjørnuvik et sa vue sur la sorcière et le géant, deux blocs de pierre noire, s’élançant hors de l’eau.

Esturoy

Esturoy s’aborde par la route vers Eidi, après avoir contourné le plus haut sommet de l’archipel, nous voilà arrivés à Gjogv, ou le plus joli village des îles Féroé. Les montagnes du fjord de Funning ont comme les doigts fripés par l’humidité: une aubaine pour les moutons en quête d’ascension.

Gjogv, le havre des marins

Depuis le village d’Elduvik, encore une belle randonnée à faire le long de la mer jusqu’au village d’Oyndarfjordur.

Mention obligatoire du restaurant Muntra, où nous avons enfin trouvé des plats traditionnels (avec une superbe vue sur le port de Fuglafjørður). Le chaleureux patron nous a raconté plein d’histoires sur les brasseries locales, la construction des tunnels à partir des années 70, ou encore les dangers de la route comme l’amende qui nous pend au nez lorsqu’on heurte un mouton : 1500 kr. Autant vous dire qu’on a ouvert l’oeil le reste de la route.

Vidoy

En route vers Vidareidi, un curieux village engoncé entre deux montagnes coniques. Ayant entendu parler d’une randonnée connue pour sa montée vertigineuse qui pique bien les jambes, nous nous précipitons hors du van pour gravir les 841m nous séparant du 3e sommet de l’archipel. Sûrement notre plus beau souvenir à tous les deux.

Vidoy

Kalsoy

Escale à Klaksvik, la deuxième ville des îles. De là, nous prenons le ferry pour Kalsoy (300 kr AR). Il faut bien viser pour le ferry: le matin ou fin d’aprem (mais pas de randonnée possible). Une fois sur l’île, empruntez la série de tunnels vers Trøllanes et découvrez la supérette la plus isolée au monde. Belle rando vers le phare, et salutations de rigueur à la Kopakonan, comprenez la femme-phoque. Encore une histoire d’une nana qu’un mec voulait s’approprier (sans lui demander son avis, bien sûr) et qui finit par s’échapper. C’est lassant, à la fin…

Vagar, le point de départ

Vagar

Bø, tout simplement

Un adorable village de pêcheurs avec vue imprenable sur Tindholm et Mykines.

Randonnée vers Trælanipa, l’éventail de falaises

Traelanipan

Des paysages spectaculaires à l’infini, comme ces replis de falaises à perte de vue, ou encore le longiligne lac de Sørvág se jetant dans la mer aux chutes de Bøsdala.

îles Féroé

Gasadalur, le dernier village

Difficile de s’imaginer l’isolement dans lequel ce village a dû être jusqu’en 2006, date de construction du tunnel le reliant au reste de l’île, et du pays. Autrefois, il fallait gravir la montagne pour rejoindre le monde. Une randonnée de 2h ou 3h selon le chargement: le facteur faisait le trajet 3 fois par semaine, et les morts devaient eux aussi passer par là. Les cairns le long du chemin portent d’ailleurs des noms liés à ces différents trajets: l’un d’entre eux est le cairn où les porteurs de cercueils pouvaient faire une pause.

Mykines, l’île aux oiseaux

Mykines

Pour se rendre à Mykines, il faut un minimum d’organisation et de chance niveau météo. En cas d’annulation, une traversée supplémentaire peut être demandée, 12h30-19h, à double prix, en cash.
Le bateau nous a fait un joli tour vers Gasadalur à l’aller et par Tindholm au retour: les fameux cailloux sur les billets de 200 couronnes (un peu comme en Ecosse et en Irlande du nord, les îles Féroé ont leurs propres billets. On peut payer avec ses billets “danois du Danemark”, mais je ne tenterais pas l’inverse).
L’accès à Mykinesholm est facturé 100kr en saison (payer à l’avance sur le site, au départ du bateau pour être sûrs). Vous y verrez des nuées de macareux et de fous de bassan.

► Saviez-vous que l’huîtrier pie était l’oiseau national des îles?

► Si vous ne voulez pas vous prendre la tête à organiser votre voyage aux îles Féroé, une très bonne agence de voyage 62°N, (faisant aussi location de voiture) peut s’en charger.

► Pour plus de photos et de vidéos, allez faire un tour sur le compte Instagram de Scandinavia Dreaming et ses stories.


J’espère que cette virée au nord vous a plu!? À quand le départ?

8 thoughts on “Îles Féroé, une semaine féerique au milieu de l’océan

  1. Et bien chouette voyage. Belles photos en tout cas. Ici plus chaud bien que ça se calme cependant c’est clair pas le même temps. Ça a l’air super chouette là bas !

    • Hello Sylvie, Merci 🙂 Dur de choisir parmi les 900 photos ^_^ La météo locale nous a fait beaucoup de bien après des semaines de mauvais sommeil: les appartements danois sont pensés pour garder la chaleur.

  2. Très bel article sur les Féroé avec de superbes photos. Ca me donne bien envie d’y retourner 😊

    Valentin

  3. C’est magnifique !! tes photos sont superbes.
    Pour une fan de Scandinavie comme moi, ça ne peut que donner envie de découvrir ces îles un jour.
    Bises Julia

  4. Belle virée ! Quelques ajustements entre l’absence de wifi pour réserver et la gestion de traversées mais les paysages en valent la peine à eux tout seuls et les maisons sont vraiment très mignonnes ! 🙂
    Tu fais bien de spécifier que des agences peuvent organiser le voyage, ça peut en décourager certains. 😉

    • Merci Anne! Oui, c’est dur la vie sans wifi (malheureusement). C’était relaxant de se sentir déconnecté (vu mon travail, c’est vraiment un luxe). Les agences, c’est pratique quand on a pas le temps d’organiser, mais les îles Féroé ne sont pas non plus très compliquées à aborder: randonnée, randonnée, randonnée…et ça se fait un peu partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.