Un hasard calculé, deuxième roman de Regitze Schroeder

Un hasard calculé

Avec “Un hasard calculé”, la Danoise Regitze Schroeder signe un deuxième roman doublement féminin, qui se lit d’un trait !

Un voyage initiatique à la recherche de la femme qu’elle a oublié d’être

Anna vit une vie parfaite avec Jonas son riche mari de la banlieue chic du nord de Copenhague. En bonne desperate housewife danoise, elle suit son mari sur un voyage en voilier, entre Copenhague et Paris, où il l’amarre pour la laisser seule et désœuvrée. Face à elle-même, Anna se retrouve submergée par une crise identitaire de la cinquantaine tardive. Au gré de ses errances parisiennes, elle rencontre Sophie, une écrivaine franco-danoise qui cristallise ses frustrations à la fois personnelles et professionnelles. Les deux femmes nouent une relation étroite. Guidée par Sophie, Anna entre contact avec le milieu bohème de Paris. Plus elle se soumet corps et âme à Sophie, plus Anna se libère peu à peu de son carcan social et d’un passé douloureux. La question est de savoir jusqu’où cette relation à la frontière entre l’imagination et la réalité portera Anna….

Un thriller psychologique délicat et poétique

Emporté par un style poétique et des descriptions ciselées et très sensuelles, Regitze nous invite à la fois à un voyage intérieur et à une observation immersive du monde qui nous entoure. L’auteure maîtrise l’art de la description et excelle dans sa manière de faire monter la pression dans ce thriller psychologique et identitaire, qui m’a plus d’une fois rappelé « D’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan.

L’écriture est déliée, et le roman m’a captivée jusqu’à la dernière ligne, mais je n’ai pas réussi à me rapprocher de l’héroïne soumise à son mari, en crise identitaire profonde et en mal d’attention. Le sujet correspond peut être plus à des lectrices arrivées à cette étape de leur vie, et adeptes de « Cinquante nuances de gris ».

Par ailleurs, sa vision pittoresque de Paris, et sa critique acerbe du milieu bourgeois copenhaguois en font un roman particulièrement pertinent pour des lecteurs franco-danois.

Une femme engagée

Regitze Schroder est une femme de lettres danoise, diplômée d’un master en littérature moderne, et francophile assumée. Aujourd’hui attachée de presse, elle a défendu la cause des femmes et représenté les Associations des femmes d’affaires du Danemark au Conseil des Femmes à l’ONU. Pendant une partie de ses études à Paris, elle s’est spécialisée sur la problématique de l’identité dans les romans de Simone de Beauvoir. Question qui se retrouve assurément dans son deuxième roman, où l’on ressent l’expérience personnelle de l’auteure. On s’imagine parfaitement Regitze assise à une terrasse parisienne, arborant un trench léopard et des chaussures à talon aiguille hors de prix. Un verre de rosé dans la main, et un stylo plume dans l’autre, elle est en train de coucher ses impressions sur le papier, se laissant aller aux pulsions créatrices de son alter ego, tantôt bénéfique, tantôt maléfique.

Un roman franco-danois

« Un hasard calculé »  (Ved et planlagt tilfælde, en danois) est édité en France par les éditions l’Harmattan. Je l’ai reçu en français, mais il gagnerait sûrement à être lu dans sa langue originale, et pourrait tout à fait rejoindre mon précédent article de conseils de lectures scandinaves, que je vous invite à relire pour trouver d’autres ouvrages inspirants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.