Le musée Thorvaldsen

Psychée au musée Thorvaldsen de CopenhagueQuel est cet étrange monument, à deux pas du Parlement danois (Borgen) ? C’est le musée Thorvaldsen,  ce célèbre sculpteur danois du 19e siècle. Peu connu en France, ce proche ami de H.C Andersen et du poète Adam Oehlenschläger, est considéré comme le pendant nordique du sculpteur italien Canova. Influencé par ses nombreuses années à Rome, son art évoque l’antiquité dans sa plus pure interprétation néoclassique.

Patio du musée Thorvaldsen à Copenhague

Un musée hors du temps

Le musée est situé sur la petite île de Slotsholmen dans le centre de Copenhague près du château de Christiansborg. Conçu par Michael Gottlieb Bindesbøll, le bâtiment fut construit entre 1838 et 48. Il abrite quasiment tous les modèles originaux de Bertel Thorvaldsen, ainsi que ses esquisses et études. Le sculpteur y a aussi regroupé sa collection personnelle d’objets antiques, source d’inspiration par excellence.

Au cœur de Copenhague, ce bâtiment se distingue par son architecture, ses couleurs vives et ses fresques.

Un héro national danois

Qui aurait parié sur ce jeune Danois issu d’une humble famille dano-islandaise ? Initié à la sculpture par son père charpentier de marine, le jeune Bertel parvient à intégrer l’Académie Royale des Beaux Arts à l’âge de onze ans. Dessinant à l’école le jour, la nuit il aide son père alcoolique à achever ses commandes. En 1793, il obtient une bourse pour étudier en Italie et Thorvaldsen naît pour la seconde fois, à l’âge de 27 ans. Repéré par le sculpteur Canova, alors en vogue à Rome, Thorvaldsen obtient un projet providentiel, lui permettant d’assurer sa carrière en Italie. Dès lors, il sera un sculpteur lui aussi très demandé, jusqu’à ce qu’il tombe malade. Egalement empêtré dans des histoires d’amours impossibles, Thorvaldsen part faire un break à Copenhague en 1819. Douze ans plus tôt, la capitale danoise avait été bombardée par les Anglais, et l’église Notre-Dame (Domkirke) était à reconstruire. On lui commande une série de statues colossales : le Christ et ses douze apôtres. Exécutées après son retour à Rome, il ne revient à Copenhague qu’en 1838 pour leurs ajouter sa touche finale. Il est reçu en héro.

Une mort bien organisée

La légende veut que le sculpteur, évoquant l’avancement de son musée, ait confié à ses amis Oehlenschläger et H. C. Andersen : « Maintenant je suis libre de mourir à n’importe quel moment, car Bindesbøll a fini ma tombe. » Juste après le dîner en question, Thorvaldsen se rend au Théâtre royal, où il meurt soudainement d’une rupture d’anévrisme. Il est enterré dans la cour de son musée, auquel il a légué toutes ses œuvres et sa fortune. Un projet bien ficelé et un timing très scandinave !

Christ du coeur de la Domkirke, platre du musée Thorvaldsen

Informations pratiques

Bertel Thorvaldsens Plads 2

Mardi-Dimanche 10h – 17h. Fermé le lundi et les 24, 25, 31 décembre et 1er janvier.

Adultes: 40 DKK (6€).
Gratuit pour les moins de 18 ans et tous les mercredis.

thorvaldsens_museum

Le musée Thorvaldsen est l’un de mes musées préférés à Copenhague avec la Glyptothèque : et vous, quel est le vôtre ?

2 thoughts on “Le musée Thorvaldsen

  1. […] musée: Le musée Thorvaldsen est un lieu hors du temps. Ses statues au grain velouté invitent à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *