Survivre un hiver au Danemark

isblomster3 copieLe froid pointe le bout de son nez à Copenhague. L’idée de passer l’hiver  au Danemark, dans la noirceur polaire peut provoquer une crise d’angoisse. Plus de peur que de mal : en fait on s’habitue à tout ! Mais ce n’est pas sans aide…Nous ne sommes pas des vampires, et quand on a grandi au sud de l’Europe, il y a des réflexes qu’on a pas (encore). Voici quelques conseils, que j’ai entendus ou que je pratique : pour l’instant ça marche !

Voici mon cinquième hiver au Danemark, et c’est avec émotion que je relis cet article, écrit lorsque je me préparais au pire. J’ajuste chaque année un peu plus. J’en apprends toujours plus sur mon nouvel environnement, mais j’apprends avant tout à me connaitre. Cinq ans plus tard, je suis toujours d’accord avec ce texte, et la lutte continue!

L’hiver au Danemark : quels sont vos ennemis ?

Le passage à l’heure d’hiver a été difficile : il fait nuit très tôt, par exemple en décembre, le soleil ne se lève qu’à 8h30 et se couche à 15h30. Au début, j’avais l’impression d’avoir le jetlag, avec cette envie irrésistible d’aller au lit à 16h30. On comprend vite l’intérêt du café ! Comme pour le décalage horaire, il faut lutter et ça finit par passer. Néanmoins, j’ai toujours cette impression bizarre qu’il est 18h alors qu’il n’est que 16h30…quelque part mes journées paraissent plus longues, mais je n’ai pas forcément la motivation de mettre les pieds dehors !

Mis à part des heures de jour limitées, le plus dur c’est que le soleil ne va pas forcément montrer un seul rayon pendant plusieurs jours d’affilée. Une chape grise vient peser sur Copenhague, et votre moral au passage.

rain-dogs-s copie

Quand on vous dit « hiver en pays scandinave », le premier réflexe est de penser à la neige. Ici, que nenni, c’est un climat océanique. La neige n’arrive qu’en janvier, et pas toujours pour très longtemps. Vos plus grands ennemis sont donc la pluie, et surtout le vent ! Bien que la pluie soit à nuancer, car qui dit pluie, dit températures plus douces. En revanche, le vent vous pourrit la vie : le vélo devient un calvaire, et la température ressentie passe très vite sous la barre du zéro.

Quoi qu’il en soit, la météo est ce qu’elle est, et rien ni personne ne peut la changer. Le tout est de faire avec et de trouver des solutions pour mieux la vivre. Quand on passe l’étape de l’acceptation, on perd déjà moins d’énergie à râler contre le mauvais temps !

Bien s'équiper

La clef : bien se couvrir

Au Danemark, toutes les mamans répètent à leurs enfants : « Der findes ikke dårligt vejr, kun dårlig påklædning » : il n’y a pas de mauvais temps, juste des mauvais vêtements. D’ailleurs, je crois que j’avais déjà entendu ça au Québec. Il est temps d’adapter votre garde-robe pour un hiver au Danemark, ou encore de prévoir les accessoires ad hoc pour votre valise :

  • Choisissez des vêtements faits de fibres naturelles (coton, laine), mélangées à du synthétique: pour absorber l’humidité du corps.
  • Préférez les vêtements qui garantissent la liberté de mouvements : la couche d’air entre chaque épaisseur de vos vêtements vous protège du froid.
  • Faites l’oignon : en haut, une couche près du corps qui évacue la transpiration tout en restant la plus sèche possible (sous-vêtement) ; une deuxième couche qui isole et conserve la chaleur tout en laissant passer la vapeur d’eau (laine, polaire) ; la troisième couche est en contact avec l’extérieur et protège des intempéries tout en permettant l’évacuation de la vapeur d’eau. Pour résumer, un vêtement imperméable, coupe-vent et respirant. Pour le bas, caleçons à jambes longues sous vos pantalons, ou bien des collants.
  • Niveau chaussures : évitez les chaussures de sport avec les grosses chaussettes de laine : ce n’est pas imperméable et la laine restera humide. De plus, le caoutchouc des semelles est glissant sur la glace. Évitez les talons hauts, ça parait évident. Les bottes et les chaussures de cuir sont l’idéal. Petit truc : achetez une demi pointure de plus et laissez bouger vos orteils. À Copenhague, vous verrez beaucoup de personnes portant des bottes en caoutchouc. C’est pas mal quand il pleut, mais à cause de la transpiration, il fait vite froid là-dedans. Chacun son truc !
  • Ne pas lésiner sur les accessoires : bonnets, couvre-oreilles, gants, chauffe-mains, écharpes. J’aime bien les bonnets qui couvrent les oreilles : ce sont les meilleurs contre le vent. Pour les gants : je prends des gants en cuir quand il pleut car ils sont imperméables et résistent aussi au vent. Le top c’est quand il ont de la moumoute aux poignets pour empêcher les vent ou la pluie de s’engouffrer dans vos manches.
  • Prévoir de bonnes crèmes hydratantes : visage, mains et lèvres, à appliquer avant de sortir, et plus si besoin.

Avec ça, plus d’excuses pour ne pas sortir !

Activité sportive en hiver

Restez actifs même en hiver !

Même bien équipé, la tentation de rester bien au chaud dans son nid peut persister. Ce qui est bien dommage, surtout en période de Noël, quand les rues se parent de décorations. Tant qu’à faire nuit, autant l’utiliser pour faire briller des guirlandes ! La lumière d’hiver au Danemark, quand elle veut bien se montrer, est magnifique. Il y plusieurs occasions de l’apprécier : une balade, un sport, de la photographie, ou encore le bain de mer ! Au printemps, j’avais papoté avec une danoise octogénaire dont le secret pour lutter contre la déprime hivernale, est d’aller se baigner tous les jours au club de « vinterbadning » de Charlottenlund. La réflexion de la lumière sur l’eau lui réchauffe la peau et les pensées. Du coup, comme j’habite juste à côté d’un club de vinterbadning, moi aussi je me suis inscrite ^_^

Selon une étude, il suffit d’une exposition de 15  à 30 minutes sur une surface équivalant au visage et aux mains pour stimuler la production de vitamine D. En fait, il suffit de faire un tour de vélo tous les jours et d’essayer de profiter de chaque moment de soleil (attention ça peut passer très vite en hiver au Danemark).

Pour d’autres, dès qu’ils se sentent un peu mous, ils passent à la salle de gym pour se réveiller un bon coup. Ceci explique, en partie, le succès incroyable des salles de fitness au Danemark. Certaines sont dotées de saunas, ce qui est aussi un bon plan pour se réchauffer les os en hiver. Petite information en passant, un billet d’entrée à la piscine de Frederiksberg donne accès à son sauna.

Adaptez votre régime alimentaire

Pour passer un hiver au Danemark, avoir un moyen de brûler ses calories peut aussi s’avérer essentiel lorsqu’on se met à saliver sur des plats bien gras et des sucreries. Aah les dangers de l’hiver ! Le manque de lumière et le froid pousse à compenser par la nourriture. Comme souvent, bien utilisée, celle-ci peut devenir un atout :

Le cocktail vitaminé

  • Les fruits, les légumes, et les fruits secs pour faire le plein de vitamines. Les soupes et les smoothies sont mes meilleurs amis. J’ai également commencé à me presser deux oranges presque tous les matins.
  • Les compléments alimentaires peuvent combler les carences, notamment en vitamine D.
  • Manger danois : si ce n’est déjà fait, c’est le moment idéal pour se mettre au saumon et au hareng crus, naturellement riches en vitamine D et en omégas-3.
  • Pour se remonter le moral, les pâtisseries et les bonbons danois ne manquent pas ! certaines sont mêmes associées à cette période de l’année, comme les æbleskiver.
  • Les boissons chaudes : le café est très populaire en Scandinavie, et cela prend tout son sens en hiver pour se réveiller le matin quand il fait noir, et lutter contre cette envie de piquer du nez en fin d’après-midi. Il réchauffe aussi les mains, tout comme le gløgg ! Les boissons chaudes sont aussi un des ingrédients essentiels à un bon hygge d’hiver.

Le hygge danois

« Hygge », [HU-gueu] ce mot intraduisible que les Danois utilisent à tour de bras. Il englobe beaucoup de notions : agréable, cosy, relax. Il désigne l’environnement dans lequel vous êtes, comme une belle plage, un appartement bien décoré, ou encore un fauteuil confortable, mais aussi une atmosphère douce et cosy à la lueur des bougies ou du feu de cheminée. C’est un moment à part, une parenthèse seul ou en bonne compagnie, où les mauvaises ondes restent à la porte. Bref, c’est le moment idéal pour pratiquer son « hygge » à la danoise, et surtout pour rester social ! Garder le moral passe par une vie sociale active (voir ci-dessus : la météo n’est pas une excuse) !

Copenhague est une ville culturellement active. Elle propose toujours des activités en hiver, notamment les musées et théâtres. Quant aux soirs de week-end, les rues sont toujours aussi bondées et festives qu’en été ! L’hiver au Danemark, les marchés de Noël pullulent, bref…vraiment aucune excuse !

Si vraiment ce n’est pas votre truc de sortir, l’hiver au Danemark c’est aussi l’occasion d’ouvrir un bon polar ou de regarder une série danoise…toujours dans le respect de l’hygge !

Et sinon, le dernier recours : un billet d’avion direction le sud !

Paysage d'hiver à Copenhague


Si vous avez des conseils, des bons plans, des anecdotes: n’hésitez pas à partager…l’hiver n’est pas encore fini 😉

28 thoughts on “Survivre un hiver au Danemark

  1. Ton article m’a captivé, j’ai beaucoup aimé

  2. Je me souviens je me promenais toujours avec mon parapluie quand j’y étais, avec la peur que celui cI se retourne a cause du vent.
    Sur Nyhvan il a un café/ resto avec des plaides sur les chaises en terrasse c’est top ça 🙂

    • Ahaha le parapluie c’est risqué! Il y a pas mal des resto/cafés qui proposent des plaids en terrasse. C’est top pour rester dehors et prendre le soleil…et pour les fumeurs (il y en a beaucoup au Danemark).

  3. la conclusion terrible: au pire, barrez vous !

    • Pour mieux revenir 😉 Beaucoup le font au mois de janvier: les magasins, restaurants, etc. sont fermés car les gens prennent 2-3 semaines en Thaïlande.

  4. En te lisant je me dis que le plus dur pour moi ça va être de me lever le matin sans la lumière du jour. Déjà que je ne suis pas vraiment une personne du matin… je me demande si je ne vais pas investir dans une lampe de luminothérapie, sinon il va me falloir 2l de café en intraveineuse!

    • Effectivement, c’est difficile…mais ça arrive aussi en France il me semble? La lampe est une bonne solution, je confirme, avec le petit cachet de vitamine D 😉

      • On est actuellement dans le sud de la France, mais même plus au nord, il ne fait pas nuit si longtemps. Quand on quite la maison le jour se lève déjà, et 10 min après les lumières de la ville s’éteignent. Et ça ne dure vraiment pas longtemps. On va s’y faire. (pas le choix) 😉

        • Je dirais que le fait d’être à l’est ou à ouest change aussi pas mal: par exemple, la différence entre Brest et Nice est assez énorme, car la nuit tombe beaucoup plus tôt et beaucoup plus rapidement à Nice. À quand le départ au fait?

          • On va dire qu’on est au centre du sud (et moi je suis originaire d’un peu plus au sud et beaucoup plus à l’oeste, ou il fait jour jusqu’a 22h en plein été).
            Pour moi je pars demain, mais les enfants sont à l’école/collège, donc on va sans doute attendre la fin de l’année scolaire si on peu, si les big boss danois de M veulent bien patienter.

          • Départ échelonné alors…juin c’est moins violent pour s’installer au Danemark 😉

  5. Bonjour Julie.
    Je suis en train de préparer un voyage au Danemark à 2 pour janvier prochain. Je prévois d’y faire un grand tour de 9 jours entre Copenhage et la province. Pourriez-vous me dire comment est l’état des routes en cette période? Beaucoup de neige en général? des coins à éviter? un entretien municipal efficace?
    Merci et bravo pour votre blog!
    Éric

    • Bonjour Eric, Merci beaucoup ^_^ Il n’est pas impossible qu’il y ait de la neige à cette période. Si la neige a du mal à tenir à Copenhague, la campagne avoisinante peut rester “blanche” sans discontinuité. Les quantités de neige sont rarement impressionantes, le problème se situe plus dans les chausées humides qui gèlent au matin. La voiture de location devrait avoir des pneus neige (ne pas hésiter à denander pour être sûr). L’entretien est plutôt efficace, mais la priorité va aux pistes cyclables. Quant aux conducteurs, ils n’aiment pas trop la neige, donc ils prennent les transports en commun (comme en France). /J

      • Bonjours Julie, moi aussi je pars au Danemark pendant une grosse semaine début janvier pour découvrir ce Pays ! Il y a beaucoup d’infos sur Copenhague mais pas grand chose sur la province en Hiver… Nous on vient du Béarn et du Pays basque, on fait pas mal de rando en montagne et je suis perso un fan de hockey 😉
        As tu des infos à nous donner ? Un site plus complet sur la province et sur les activités d’hiver ?
        Merci Seb.

        • Bonsoir Seb, C’est vrai qu’il y a un vrai focus sur Copenhague, au détriment reste du Danemark, qui mérite également un détour. Il parait qu’il va faire froid cet hiver, mais c’est vraiment difficile de dire si nous aurons de la neige en janvier, ou pas (climat océanique, comme en Bretagne). Niveau montagne, c’est pas trop ça, mais c’est quand même possible de randonner. Alors, il reste de ski de fond et le patin si les lacs gèlent. Le hockey est populaire dans le Jutland, et d’ailleurs, le championnat du monde se tiendra au Danemark en 2018. Le site de Visit Denmark est plutôt bien fait pour trouver des idées. J’ai tendance à le recommander en anglais, car leur version française est pas très bien traduite. http://www.visitdenmark.com/denmark/tourist-frontpage

  6. Je vais à Aarhus pour les mois de novembre et janvier-février. Votre article est très informative. Merci

  7. “quand on a grandi au sud de l’Europe”

    T’es pas Bretonne…?

  8. Hier j ai conversé avec une italienne momentanément établie ici et projetant de troquer ses bottes en plastique contre la Botte fleurie précisément à cause des hivers danois ! Elle m’a dépeint le sombre tableau d un monde post-apocalyptique où le soleil prend les traits d une étoile filante, une sorte de chambre froide à peine plus festive qu une morgue… Ambiance !

    J ai consulté ton blog pour (sa)voir ce que tu disais de tout cela, et je dois dire qu il m a réchauffé le corps, et ouvert un nouvel horizon : le bain d hivers ! (ma compagne me trouve étrangement dégourdi et apprécie beaucoup toutes “mes” bonnes idées depuis que nous sommes arrivés :p )

    Enfin, avec un peu de chance le global warming adoucira les temps à venir…

    Une fois de plus je te sais gré d alimenter ta compilation circonstanciée de textes aussi… divers !

    • Tout de suite les grands maux! Après, chacun perçoit les choses différemment, plus ou moins intensément. J’essaye justement de partager mon expérience, et mon cheminement à travers les longs hivers danois. Je ne dirais pas qu’on finit par s’habituer, mais on peut au moins s’y préparer et trouver des moyens de le rendre plus doux. Super si ça te donne des idées 😉 Merci en tout cas pour ton commentaire, qui m’encourage à rédiger en cette grise après-midi(que faire d’autre?) 🙂

  9. Si tu sèches s agissant des activités possibles durant la grisaille danoise on n est pas sortis de l auberge : c est toi le pilier qui tient les emplois du temps à bout de bras ! 🙂

    Je n avais pas vu ça sous cet angle mais j imagine que le climat est effectivement propice à l écriture. Pas sûr que cette activité réalise une modalité du fameux Hygge, mais après tout s il s agit de ‘s enivrer de vin, de poésie ou de vertu’ pour dépasser le spleen scandinave, l écriture ne mérite-t-elle pas de figurer au coeur de cet art de vivre ?

    (A ce propos tu évoques des projets de textes édités en version papier quelque part sur ton blog, si c est sorti je suis curieux d en connaître les références).

    En tout cas bonne pride week !

    • Oh non ne t’inquiète pas, je ne sèche pas (et je ne parle pas de la pluie).
      Pour l’écriture, je le vois très bien: en été je suis intenable à l’intérieur, alors qu’en hiver je suis difficile à arracher de mon canapé.
      Dès qu’il fait un peu gris, je deviens beaucoup plus efficace et productive…bref, en ce moment j’écris beaucoup!
      J’ai effectivement écrit un guide hors de sentiers battus de Copenhague, mais il ne sera pas publié car ma maison d’édition ne cessant de repousser la date de publication en me laissant mes mails en suspens pendant parfois presque 6 mois, la tension à fini par monter…dommage, car tout le boulot est fait depuis février 2018 (j’ai travaillé 7/7, 12/24 pour rendre textes et photos à temps), et les frais avancés de mon côté. La maison d’édition en question ne veut même pas me dédommager “pour le dérangement”, alors que c’est prévu dans le contrat. Bref, grosse déception, même si j’ai pris beaucoup de plaisir à la rédaction de ce guide.

  10. La – pour dire le moins – déconvenue dont tu as essuyé l amertume est proprement horripilante. La situation que tu présentes est très irritante, quand on sait ce que coûte un travail de rédaction opiniâtre, comment ne pas se mettre à ta place… Tu fournis un travail conséquent, consistant et sérieux dans le cadre d un engagement – qui plus est écrit (!) – signé avec une maison d édition, et celle-ci fait défaut à sa parole – juridique, mais aussi morale – et transforme en imbroglio un projet dont je ne doute de la qualité (je n en doute pas car encore une fois et objectivement : tu as une très belle plume, et l idée d un Copenhague quelque peu marginal séduit – on imagine un côté peut-être plus sauvage, plus underground ou interlope ou inattendu que les incontournables touristiques).

    Certes, tu as pris plaisir à la rédaction (mais c est un paradoxe de l écriture : comme pour un marathon il y a aussi beaucoup d influx laissé dans l épreuve), et la moindre des corrections eu égard à l investissement fourni à tous les niveaux, c est de respecter les termes de l accord. Je ne suis pas particulièrement contractualiste, mais en l occurrence c est un minimum – tu aurais pu faire autre chose du temps consacré à cette ME après tout…

    J imagine que c est une boîte de taille moyenne qui publie en fonction des engouements du moment, et ça ne serait pas si étonnant qu elle revienne vers toi par la suite. Cela dit, tu as en quelque sorte fait le plus difficile, et ça pourrait valoir le coup de proposer ton travail à d autres – si ce n est déjà fait. Il existe des ME spécialisée dans les voyages, n est-ce pas une option ?

    Anyway, je ne voudrais pas non plus remuer de façon inappropriée des histoires dont les tenants et les aboutissants m échappent, mais si jamais tu souhaites échanger, n hésite pas à me contacter sur mon email. Je ne suis aucunement un mandarin du monde de l édition, néanmoins je peux être un interlocuteur s il s agit d aborder la stratégie.

    En tout cas, le plus regrettable là-dedans c est que l on sait maintenant qu il existe un livre recelant de secrets sur la face cachée de Copenhague ! 🙂 J espère que de temps à autres tu donnes des pistes sur ton blog, et by the way tak pour la super balade à Byskoven – et pour le miel que récolté auprès de ma butineuse pour cette trouvaille 😉

    • Il y a effectivement un super guide de Copenhague hors des sentiers battus qui sommeille dans mes tiroirs…rédigé avec soin et amour. Je n’ai pas vraiment cherché à le revendre, vu que j’ai longuement et vainement attendu des nouvelles de la maison d’édition, douce rêveuse que je suis…

  11. Si tu te motives à te réveiller de ton doux songe (bien entendu avec soin et amour) tu tiens éventuellement une bonne résolution pour le nouvel an 2020 🙂

    In hoc signo vinces !

  12. Hello Julie !
    Un grand merci pour ces informations, c’est super ce que tu fais 🙂
    Aurais-tu des marques de vêtements danoises (ou autres) à me conseiller pour me préparer à l’hiver au Danemark ? (manteaux, sous-pulls, chaussures, gants etc .. ) de bonne qualité ?
    Merci beaucoup et continue surtout, on a beaucoup plaisir à te lire !
    Auriane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.