Expat’ : Jamais content ou doublement satisfait ?

Vol entre Copenhague et Paris...je connais le trajet par cœur maintenant !

Vol entre Copenhague et Paris…je connais le trajet par cœur maintenant !

Lorsque l’on s’installe dans un nouveau pays, c’est une décision importante et lourde de conséquences. Quitter sa mère patrie entraîne bien sûr des concessions, des sacrifices, mais comporte aussi des avantages. Quoi qu’il en soit, on se retrouve le « cul entre deux chaises », plus tout à fait d’ici, et jamais complètement de là-bas. Le regard change. Il s’aiguise par la prise de recul, et le relativisme, à la fois sur le pays de départ, et celui d’accueil.

La plage où j'ai grandi, en Bretagne. On sait ce que l'on quitte, mais pas forcément ce que l'on va trouver...

La plage où j’ai grandi, en Bretagne. On sait ce que l’on quitte, mais pas forcément ce que l’on va trouver…

C’est mieux en France !

La France et le Danemark sont deux pays d’Europe. Ça limite donc la casse en matière de choc culturel et gastronomique. Bien que les comportements latins et scandinaves soient quasiment opposés. Le charme de l’Europe !  Déjà de région en région de France, le dépaysement est souvent assuré. Alors quand je suis au Danemark, plusieurs choses me manquent.

La française que je suis est très malheureuse au moment des courses : le rayon vin me déprime, et le fromage est hors de prix. Manger français, c’est avoir des goûts de luxe.

Ils ont osé ! Bien sûr, les Danois n'ont aucune idée de la signification de "pinard".

Ils ont osé ! Bien sûr, les Danois n’ont aucune idée de la signification de « pinard ».

Mon côté breton cherche désespérément de la farine de blé noir ou des crêpes, mais l’essentiel est assuré par un bon beurre salé local. Pour le cidre, j’ai aussi fait une croix dessus. Chose incompréhensible : le pays est producteur de lait, cependant, le choix de yaourt y est très pauvre, et souvent importé de Grèce ou d’Islande (miam, du skyr). Alors, j’ai profité d’un retour en France pour m’équiper d’une yaourtière et remplir mon coffre de bons produits français!

Les fruits de mer, spécialité bretonne !

Les fruits de mer, spécialité bretonne !

Le Danemark, le pays du bonheur

Mais, ne nous laissons pas abattre, vivre à l’étranger c’est aussi génial : on y trouve des choses qu’on n’aurait jamais imaginé aimer…et qui nous manquent aussi lors des retours au bercail. Par exemple, dès que j’atterris à Roissy, l’ambiance détendue et la joie de vivre des Danois me manque. Même si le peuple danois n’est pas très souriant, il dégage un bien-être et une confiance qui fait cruellement défaut aux frenchies (en ce moment). En France, je n’entends que des histoires sordides de chômage, d’impôts, aux problèmes administratifs, la violence, à coup de « c’était mieux avant ». Beaucoup de personnes de mon entourage songent sérieusement à s’exporter loin, très loin. Le reportage Un œil sur la planète, « Faut-il quitter la France ? », diffusé lundi 7 avril sur France 2, vient confirmer cette impression : ¾ des 18-35 on envisagé s’installer à l’étranger ! Passons.

Le Danemark serait le pays où les gens sont le plus satisfaits de leur vie.

Le Danemark serait le pays où les gens sont le plus satisfaits de leur vie.

Quant à la nourriture, les flocons d’avoine du petit-déjeuner me sont vite sortis de la tête, mais je m’étais habituée à manger du hareng mariné tous les jours ! Et…il va sûrement grincer un peu à mon retour alors, spéciale dédicace à « Breton » (c’est mon vélo), si tu m’entends, toi aussi tu me manques !

La fameuse crêpe dentelle bretonne, dans tout son panache !

La fameuse crêpe dentelle bretonne, dans tout son panache !

On mange à tous les râteliers

Être expat’ c’est passer la plupart de ses vacances en France, fini les voyages. Les économies s’évaporent au fil des kilomètres, sur les routes entre Copenhague et Brest. En plus, les « vacances » se résument à essayer de caser tout ce qu’on ne peut pas faire au Danemark : voir les amis, la famille, passer des coups de téléphone, de l’administratif, etc. Bref, si on ajoute à cela, le médecin, le shopping (la vie est chère au Danemark), le coiffeur, l’agenda des vacances ressemble vite à celui d’un ministre.

Conseil : voyager léger pour pouvoir ramener un gros sac au retour. Aéroport de Roissy-Charles De Gaulle, lors d'un de mes fréquents retours en France.

Conseil : voyager léger pour pouvoir ramener un gros sac au retour.

Mais en même temps, on savoure d’être en France, de pouvoir faire tout ça, et on apprécie d’autant plus ces instants volés avec les proches. Les salaires étant plus élevés au Danemark, cela permet de se faire plaisir en France, et ensuite d’agrémenter le quotidien d’une bonne bouteille de vin, avec un vrai bouchon en liège !

Un bon fromage français, moisi comme il faut !

Un bon fromage français, moisi comme il faut !

Être expatrié c’est s’abonner à l’éternelle insatisfaction, tout en se sentant plus riche de partager deux cultures, et les bons côtés de deux pays.

► Bilan après deux ans passés à Copenhague!


Et vous, êtes-vous prêts à sauter le pas ? Avez-vous des anecdotes, des expériences similaires ?

3 thoughts on “Expat’ : Jamais content ou doublement satisfait ?

  1. Je me retrouve tellement dans cet article, alors que je rentre juste de 2 semaines en France.

  2. […] son blog Scandinavia Dreaming, Julie vous parle de son expatriation au Danemark où elle vit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *