Valparaiso gourmande

Carrot cake café via via Valparaiso

Le challenge à relever est : se remplir la panse sans se ruiner, se faire plaisir tout en mangeant équilibré et bien sûr découvrir les saveurs locales. Valpraiso étant une ville côtière les fruits de mer sont incontournables. Les prix sont un peu moins élevés qu’en France…et carrément agréables après les prix limites honteux de Copenhague. Le service plutôt pro, voire un peu empressé.

Carino Malo Poroto Valparaiso

Manger local et pas trop cher

En arrivant, nous avons joué la facilité en allant au Cariño Malo, sur Almirante Montt 58, soit à quelques pas de la place Pinto. Le menu est inscrit sur une immense ardoise dans la grande salle à manger rouge carmin, très cosy. Petite particularité que nous avons pu vérifier un peu partout : la coriandre est TRÈS populaire et assaisonne jusqu’à la carafe d’eau ! Les plats régionaux sont simples, riches et vraiment pas chers (environs 2200 pesos ou 4€), mais évitez les mariscos : Esben nous a fait une belle intoxication alimentaire, dès le premier jour, pas très sympa !

Marché de Valparaiso chupe de locos Verrière du marché Eiffel de Valparaiso

Dans le bel édifice de style Eiffel, le marché est un des meilleurs endroits de Valparaiso pour apprécier des fruits de mer (frais cette fois). Un conseil : montez directement à l’étage et filez droit sur les côtés. Les serveurs ne manqueront pas de vous alpaguer. Notre expérience du pauvre touriste a été complète lorsqu’à peine en haut de l’escalier, avant même que nos yeux ne s’habitue à la forte lumière provenant de la verrière, une serveuse nous à sauté dessus pour nous vanter les mérites de sa gargote qui, selon elle, était la seule à servir des fruits de mer. Voyant nos regards désespérés, une deuxième serveuse arrive à la rescousse en moins de 10 secondes. J’essaye de m’en dépêtrer, me faisant au passage presque engueuler de ne pas bien parler espagnol. Au final, la plus jeune des serveuses semble comprendre que nous prendre de force ne marchera pas et c’est à son tour de se faire sermonner par sa collègue…qui n’a pas l’air de vouloir nous laisser aller plus loin que le haut de l’escalier. Profitant de la rixe, nous nous éclipsons le plus vite possible au fond du marché, où tous restaurants servent également des fruits de mer (ben oui), sans pour autant agresser les gens. Ami serveur chilien, si tu m’écoutes : le touriste n’est pas  seulement un estomac et un porte-monnaie sur pattes, il a aussi un petit cœur doublé d’un cerveau, et n’aime pas se faire brusquer.

Le marché reste un endroit très touristique où le serveur va chercher à vous faire consommer un maximum de boissons, en vous laissant la bouteille sur la table quand vous demandez « solo una copa de vino » ou avec des amuse-bouches et plats ultra salés. Affûtez bien votre espagnol pour ne pas vous laisser faire. A tester : les locos, en empanadas ou chupe.

Café Vinilo Valparaiso menu

Vinilo : un bon resto au cerro alegre

Le dernier jour, nous nous sommes fait plaisir au Café Vinilo. Encore une fois, c’était tout près de notre logis, sur le cerro alegre, après une longue balade matinale dans le cœur historique de Valparaiso. Ce restaurant était vraiment la cerise sur le gâteau ! Un peu en avance par rapport aux habitudes chiliennes, nous étions seuls dans le restaurant. Une chance : le serveur nous a chouchouté et « raconté » son menu en détails, plat par plat, aliment par aliment. Pour couronner le tout, il nous a expliqué la particularité du « carmenere », vin chilien par excellence car presque disparu en France. Bien sûr, nous l’avons choisi pour accompagner notre repas. En guise d’entrée, nous avons partagé un « pebre » façon mapuche et une grande verrine de poulet au curry et crevettes braisées dans une délicieuse purée de « palta » (équivalant sudaméricain de l’avocado). Tous les produits sont locaux ou chiliens.

Esben a craqué pour le lapin cuisiné pendant des heures dans un sac. Il est servi avec des pommes de terres de Chiloë. Miam. Pour ma part, je me suis régalée avec un « arrollado de malaya » et sa purée. Top !

Glace rhubarbe maison café Vinilo Valparaiso et son menu

En dessert, comme ça faisait bien une heure que j’avais la carte des glaces sous le nez, j’ai eu la bonne intuition de me laisser tenter par une glace maison à la rhubarbe. La définition de « crème glacée » est soudainement devenue plus que réalité. Quant à Esben, il a enfin pu boire quelque chose s’approchant de ce qu’il entend être un vrai café. En effet, le café instantané semble être de rigueur au Chili.

Contoir du café Vinilo Valparaiso

Pause café et boire un verre à Valparaiso

Pour la pause café (ou autre si vous voulez continuer à aimer le café), il n’y a que l’embarras du choix à Valparaiso. Le routard vous dirigera sûrement vers des adresses près de la Sebastiana (via Ferrari). Encore par facilité, nous avons goûté au Via Via Belga. C’est propre, calme, lumineux…et l’adresse voisine de la Bicyclette. Le patron parle français ! Une des premières choses que nous avons remarquées est que le jus de fruits frais (jugo natural) est servi presque partout…et délicieux !

Pisco sour et bière chilienne

Au niveau des sorties nocturnes, le quartier du port est réputé pour son ambiance, cependant mal famé. Nous sommes restés autour de la place Pinto, où différents genres se côtoient : du super branché El Huevo au café littéraire bien pépère. Entre les deux, nous nous sommes fait un bar à cocktails. N’espérez pas que je me souvienne du nom, mais ça vous en dit long sur le savoir-faire du barman ! À tester, le fameux pisco sour et la bière chilienne Kross Maibock.

La suite de nos aventures à Valparaiso !

Retour en haut

One thought on “Valparaiso gourmande

  1. Aix-la-Chapelle, capitale de Charlemagne | Scandinavia Dreaming

    […] sombre : Josephine’s, Mostardstrasse 17. Petit clin d’œil à notre premier restaurant au Chili, la carte est écrite sur une immense ardoise murale. Les menus largement inspirés de la cuisine […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *