Une journée à Zagreb

Panorama de ZagrebUn coup de train de nuit, et me voilà à Zagreb, la capitale croate. Curieuse de découvrir les pays des Balkans, la Croatie sera ma première étape. Nostalgique de ma vie en Slovaquie j’y ai retrouvé des accents slaves tintés de soleil. Partons à la découverte de Zagreb, du lever au coucher de soleil.

Zagreb pratique

Délicatement déposée à 8h37 par le train de nuit provenant de Salzburg, Zagreb m’a accueillie par un soleil radieux. Le challenge du jour : découvrir l’essentiel de la ville avant de reprendre le bus direction la Slovénie. Après avoir dégoté une carte à la gare centrale, j’ai donc filé vers la gare routière, à 10 minutes de marche ou 3 arrêts de tram. En sortant, j’ai rendu visite à l’adorable agent de l’office du tourisme. Billet et brochures en poche, je suis partie vers la ville haute.

Se déplacer à Zagreb // Les billets de transport en commun coûtent 10 kn, et s’achètent dans n’importe quel « kiosk » ou directement auprès du chauffeur (prévoir la monnaie c’est mieux).

Quasiment tout peut se faire à pied, mais ça grimpe vers la ville haute, à moins de prendre le funiculaire. Pour aller au cimetière Mirogoj au nord de la ville, j’ai opté pour le bus 106, à prendre près du parvis de la cathédrale. Au retour j’ai pris le tram 8, direct vers la gare d’autobus.

La monnaie // La Croatie vient juste de rentrer dans l’UE et conserve pour le moment sa devise, le kuna (kn). Pour nos amis scandinaves, la conversion est facile, puisqu’il n’y en a pas : 1 couronne équivaut à quelques centimes près à 1 kuna. Pour les utilisateurs de l’euro, il faut diviser par 7,25 (soit les prix en livres sterling avec un zéro en moins). Bon, chacun ses petits calculs mentaux ! Les applications de conversions telles que XE currency sont assez pratiques pour être sûr de bien retirer la bonne somme au distributeur de billets.

Les billets descendent jusqu’à 10 kuna, et ensuite on passe à la pièce de 5kn.

Monnaie croate

Quelques mots pour communiquer //

Et roule bien les Rrrr, on mouille les J, on chuinte les š, on pince les C, et surtout on aspire les H !   Tout va bien se passer !

Si vous connaissez déjà une langue slave, n’hésitez pas à vous en servir : les anciens parlent le russe et sont habitués à plusieurs variantes slaves. Au pire, l’allemand marche aussi, ainsi que l’anglais auprès des jeunes.

Bonjour:  Dobro jutro / dobar dan / halo

Bonsoir: Dobra večer (ou juste dobra)

Billet : Karta

Au revoir : Do videnja

Merci : Hvala

Oui / non : Da/ne

Ici / là-bas : Tu / tamo

Gauche / droite / tout droit : lijevo/ desno / ravno

S’il vous plait : Molim

Combien ça coûte ? : Koliko košta?

Occupé / libre : Zauzeto/ slobodno

Manger // N’ayant que peu de temps sur place, je n’ai pas testé de restaurants. J’ai néanmoins goûté au fameux burek au fromage et au épinard : sir a špinat, l’unité revient à 5kn. Beaucoup de cafés et de restaurants sur trouvent sur et autour la rue Tkalčićeva, mais c’est très touristique. Pour un peu plus d’authenticité, mieux vaut rester dans la ville basse, autour de l’université et du jardin botanique ou plus au sud dans Vrbik.

TimeoutZ citywalks ZagrebBthere

Applications // Une de mes résolutions de l’année 2015 est de voyager de moins en moins à l’aide de guides papier. À Zagreb, j’ai donc fait appel au conseils d’une amie croate, aux brochures de l’office du tourisme, ainsi qu’à des applications : Time Out Zagreb, Zagreb Be There, Zagreb City Walks. Il y a du wifi partout en ville !

L’essentiel de Zagreb

A posteriori, une bonne visite de Zagreb nécessite sûrement deux jours. Mais mon plan de voyage ne m’a laissé qu’une journée. Les itinéraires fournis par la carte de l’office du tourisme représentent une bonne base de balade. Parmi les points marquants des mes déambulations croates :

La cathédrale

L’église Saint-Mark

– Le marché de la ville haute

– L’original musée des cœurs brisés (25kn), un voyage émotionnel dans un palace baroque

La rue marchande Ilica et le marché de la Britanski trg

La patinoire de la place Trg kralja Tomislava

Le romantique cimetière Mirogoj

Mon coup de cœur à Zagreb

Surplombant la ville de Zagreb, le majestueux cimetière de Mirogoj raviront les photographes et les amateurs d’ambiance romantique. Le cimetière a été fondé en 1876, et ses arcades dessinées par l’architecte Hermann Bollé. Il regroupe toutes les religions et de nombreuses nationalités, notamment des intellectuels croates. En plein hiver, les allées désertes transpirent la mélancolie slave. Un plainte sourde telle une mélopée russe.

En quittant Zagreb, elle m’a fait un beau cadeau…

Visit Zagreb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *