Trekroner, l’île gardienne de Copenhague

Fenêtre sur Copenhague: une escapade maritime et historique à 15 minutes de bateau du centre-ville!

Trekroner fait partie du chapelet d’îles artificielles fortifiées marquant l’entrée du bras de mer de Copenhague depuis l’Oresund. Ceux qui suivent ce blog ont sûrement remarqué que j’aime me balader à Copenhague en bateau. Si je navigue souvent du côté de Flakfortet ou de Middelgrunfortet, je ne m’étais jamais arrêtée sur Trekroner, qui est pourtant l’île la plus facilement accessible depuis Copenhague. En effet, il suffit de 15 petites minutes de bateau depuis Ofelia plads pour y accoster. C’est presque trop court! Avec la compagnie Stromma, pas besoin d’avoir son propre engin, il suffit de 80 couronnes (11 euros) pour un aller retour, départ à 10:30, 13h, 15h30 et retour à 13h30 ou 16h.

Une vue imprenable sur l’entrée de Copenhague

Et pas seulement la vue, car le rôle premier de Trekroner est de défendre Copenhague. Son emplacement offre un tour d’horizon exceptionnel, à la fois sur l’Oresund et sur Copenhague. Depuis que l’entrée du port, que ce soit au sud ou au nord, s’aménage de plus en plus, Trekroner représente également un avant-poste de choix pour observer l’évolution de la ville.

L’histoire de Trekroner

Le nom de Trekroner (trois couronnes) vient des trois navires coulés à l’entrée de Copenhague afin de faire barrage à d’éventuelles attaques. L’un d’entre eux s’appelait le Tre Kroner (une pour chaque pays scandinave). Les navires calés au fond de l’eau à l’aide de sable et de rochers, dépassaient de la surface jusqu’au niveau des sabords, afin de rester armés et  fonctionnels. Entre 1713 et 1786, sept autres navires ont été ajoutés pour former un cercle, mais ils se sont décomposés au fil du temps et la mer charriait les débris dans le canal. Il a fallut trouver une solution plus pérenne.

De bois et de pierre: la deuxième version de Trekroner s’est vue renforcée entre 1787 à 1864, au moyen d’immenses murs de pierre qui ont dicté la forme actuelle de l’île.

Lors de la fameuse bataille de Copenhague, le 2 avril 1801, Lord Nelson attaque la ville alors que la construction était encore loin d’être terminée et il n’y avait que 650 hommes et 66 canons. Un renfort a été organisé dans la partie sud de l’entrée du canal, à l’aide de 11 bateaux.

L’ajout des casemates sur trois étages date de 1865-1868. Mais à la suite de la Première Guerre mondiale, la vocation militaire de l’édifice disparaît presque totalement. En 1934, le fort est vendu aux services du port de Copenhague et sert de lieu  de détente pour les Danois. Le fort sera utilisé par l’occupant nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1984, la fondation de conservation des bâtiments du Danemark a racheté l’île…pour trois couronnes symboliques. Après une campagne de rénovation, l’île est redevenue accessible au public en 1994.

Le Fort Boyard Copenhaguois

En descendant du bateau, un gentil organisateur nous a abordé pour savoir si nous comptions faire des activités sur l’île. Chose que je ne savais pas, l’île est une sorte de mini Fort Boyard à la danoise. Très populaire auprès de la gente féminine, nous avons vu débouler des hordes de quarantenaires en leggins fluo, courant dans tous les sens, et poussant parfois des cris de victoire!

Les couloirs des trois étages de la caserne constituent un vrai labyrinthe et ses petites salles sombres et humides sont parfois un peu glauques.

Un lieu de détente pour les Copenhaguois

En plus des sportives du dimanche, nous avons vu défiler pas mal de monde sur l’île, arrivant en canalbus, canot, avirons, kayak, voiliers. Un joyeux mélange qui se baigne, picole, déjeune sur l’herbe verte de Trekroner…ou bien au restaurant.

En tout cas, c’est un lieu bien agréable pour une petite parenthèse vivifiante hors de la ville. Même si Copenhague n’est pas bien loin, les îles ont ce pouvoir de nous couper du monde à la fois physiquement et psychiquement.


J’espère que la balade vous a plu! Ça vous dirait de jouer à Fort Boyard sur Trekroner? 

5 thoughts on “Trekroner, l’île gardienne de Copenhague

  1. J’adore….! Merci Julie pour toute l’énergie que tu déploies afin de nous faire découvrir de nouveaux horizons. Cela déclenche chez moi de nouvelles envies; et, tu peux être certaine qu’à ma prochaine visite, j’irai me ressourcer sur l’île de Trekroner, à moins qu’elle ne soit fermée au public en automne! Je reviens mi-octobre… Bon dimanche à toi!

    • Merci Iseult 🙂 Nous aussi nous avons adoré la balade et je suis ravie que mon petit article t’aie donné envie de t’y aventurer! La vente de tickets s’arrête le 17 septembre malheureusement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *