Rendez-vous à Salzbourg

Clochers de SalzburgMe voilà à Salzbourg, perdue dans les Alpes autrichiennes. Pourquoi Salzbourg ? La réponse : mon amitié pour une Uruguayenne née à Stockholm, rencontrée à New York. Tout le monde me suit ? Après s’être revues alternativement sur le continent européen et américain, Naela  était de retour ! Copenhague-Salzbourg étant en ligne directe avec Norwegian, l’affaire s’annonçait bien. Voici le récit d’un séjour d’environ 48 heures dans la ville de Mozart, et aussi une véritable plate-forme de départ pour voyager dans les Balkans.

Premier contact avec Salzbourg : la gare

J’ai commencé ma journée à Salzbourg par la gare, pour y retirer mon billet pour le train de nuit vers Zagreb. Je me dirige vers la personne au guichet portant un petit drapeau britannique. Erreur ! Je lui présente mon reçu imprimé et elle m’oriente vers les bornes rouges de retrait automatique. Jusque là tout va bien. Les choses se gâtent quand je commence à perdre patience sur les écrans tactiles préhistoriques, pour découvrir qu’il me faut un code pour retrouver ma commande. Je retourne au guichet et interrompt la causerie de l’employée anglophone qui m’annonce qu’il fallait que je retire ce satané code en ligne. Première nouvelle! (Elle aurait également pu me le signaler à mon premier passage). Bon gré mal gré, soupirant entre chaque phrase et m’envoyant un regard noir signifiant « T’es débile, ou quoi ? », elle me retrouve mon dossier, m’écrit le code sur mon papier et me réexpédie au la borne automatique. Bien sûr, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois car la coquine a bien pris soin d’écrire ses lettres et chiffres de sorte qu’il était impossible de distinguer les 1, des I, l ; les Y des 4…le tout à taper sur un écran tactile plus qu’irritant. Pendant que j’imprimais, une personne est venue me demander de l’aide, et j’ai vu un groupe de touriste poser les mêmes questions naïves à l’employée de l’année. Je me suis sentie un peu mieux…

Où dormir à Salzbourg?

Mon hostel est à 10 minutes à pied de la gare, en marchant vers le centre. LHostel Yoho, Paracelsusstrasse 9, est plutôt bien placé, notamment si vous prévoyez comme moi d’aller souvent à la gare. Par contre, c’est un repère pour jeunes anglo-saxons en tour d’Europe, alors c’est assez pénible, à moins d’aimer le genre d’ambiance « je me suis pris un cuite dans toutes les capitales d’Europe, mais à part ça j’ai rien vu, rien retenu, ni parlé à qui que ce soit en dehors du groupe ».  Petit détail amusant, l’hostel opère également son petit bourrage de crâne à coup de Mélodie du bonheur, tous les soirs à 20h, pendant 3 heures. En même temps ça permet de rattraper les morceaux qu’on a loupé les soirs d’avant, car supporter les 3 heures d’affilé, ça tient du record ! Gros plus, le restaurant et petit-déj’ de l’hostel sont à des prix défiant toute concurrence, et l’atmosphère est vraiment relaxante et amicale.

Que manger à Salzbourg?

Spécialités locales

À consommer sur place ou à ramener :

Gebratener fenchel mit butter bröseln: fenouil poëlé au sucre brun et beurre, saupoudré de parmesan.

Bière locale délicieuse: la Stiegl.

Les chocolats Mozart ou Mozartkugel, un vrai business : les rouges sont ceux que l’on trouve partout. Néanmoins, la qualité n’est pas comparable aux véritable Fürst, ou encore ceux de la maison Holzermayr.

La boutique de chocolats Zotter et sa dégustation « machinée » pour succomber.

Les restaurants et cafés :

Cuisine locale au Zwettler’s : schnitzel et norckel.

À ne pas manquer : le Café Tomaselli, est une institution de Salzbourg depuis plus de 150 ans. Le service différent pour les boissons et les gâteaux. Une dame vient vous proposer ses délicieux gâteaux directement à votre table. Prévoyez votre monnaie car elle encaisse directement, alors que les boissons se règlent à la fin à votre serveur. Ne manquez pas l’ appfel strudel. Quant à leur chocolat chaud, il n’est pas mal non plus : il fait à partir de chocolat fondu, un vrai quoi.

Un café-restaurant typique, le Café Bazar, ou les familles autrichiennes se retrouvent pour le déjeuner ou le goûter.

► Info pratique : la superette de la gare est ouverte de 8h à 23h.

48 heures dans la ville natale de Mozart

Salzbourg m’a surprise à plusieurs niveaux. Ayant été deux fois à Vienne – que j’adore, je me réjouissais à l’idée de retourner en Autriche. Douche froide, ou plutôt chaud et froid : la météo, tout aussi déroutante que la ville, passe de 20°C à la tempête de neige en une nuit. Prévoyante comme je suis,  j’avais emporté mon manteau de ski. Je ne vous raconte pas comment j’ai sué la première journée, parmi tout ces gens en short, t-shirt et tongs. Par contre, le deuxième jour j’étais parée !

Conseil malin : prendre l’ascenseur du musée d’art moderne Mönchberg, pour 2,2€ et prévoir de redescendre par la colline, sinon il faudra encore payer 2,20€ pour avoir le droit de sortir. Et oui, c’est comme ça que ça se passe à Salzbourg. Bien sûr, le portier ne le mentionne pas lorsqu’il vend son billet pour monter. En haut, la personne à l’accueil n’est vraiment pas claire dans ses explications…il a bien fallu 10 minutes de questions formulées de différentes manières pour lui extorquer l’information.

►Parlez allemand !  Le service touristique n’en est que meilleur, même si votre allemand est mauvais.

En termes des musées, je n’ai guère pu m’offrir tenté que le Musée Mozart (dans sa maison natale, geburtshaus). Possibilité de billet combiné pour visiter aussi sa deuxième maison, à 17€. Sacré business ! Accueil déplorable, sans surprise. Le musée est néanmoins bien fait et intéressant…mais de là à débourser 10€, c’est un peu limite. C’est bien parce que c’est Mozart ! La visite s’est par ailleurs avérée très instructive pour préparer ma visite à l’opéra de Copenhague !

Il est possible de visiter la cathédrale gratuitement, ainsi que le cimetière. Par contre, pour accéder à l’étage où Mozart jouait de l’orgue, il faut prendre un ticket au musée adjacent. De même pour le cimetière, il faut s’acquitter de quelques euros pour descendre aux catacombes. Une autre belle église libre d’accès, pour les amateurs de belles voûtes : l’église franciscaine.

Et la Salzbourg card ? Elle est rentable à partir de deux musées visités dans la même journée. Elle comprend aussi les transports en communs, qui sinon coûtent 2,5€, même venant de l’aéroport. Naela avait opté pour cette carte, mais bizarrement elle ne marchait pas très bien. D’un commun accord, nous avons toutes les deux conclu que 24 heures suffisent à Salzbourg. La ville est chargée d’histoire certes, mais le centre en lui-même est très petit et les alentours sont tellement plus charmants.

Vous l’aurez compris, Salzbourg n’est pas ma ville préférée, mais ça ne veut pas dire que vous ne l’aimerez pas. C’est juste ma (mauvaise) expérience personnelle. Allez, sans rancunes, l’Autriche est un beau pays. La preuve en images:

Panorama de la ville de Salzbourg en Autriche


Par contre, comme j’adore qu’on me fasse changer d’avis, je serais ravie d’entendre des commentaires positifs ! Quelles sont vos impressions sur cette ville ?

2 thoughts on “Rendez-vous à Salzbourg

  1. Tes photos sont chouettes tiens! Tu as de la chance, nous quand on y étaient, il pleuvait tellement que l’on a du écourter le séjour et filer vers Zagreb. Et au final je n’ai casement aucune photos de Salzbourg… 🙁 Ce sera pour la prochaine fois! 🙂
    Chouette article en tous cas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *