Le nord du Sealand, un paradis de nature

Un bateau au large

Lorsque j’explore un peu plus le Danemark chaque weekend, je comprends un peu plus pourquoi les Vikings se sont vite sentis à la maison en arrivant en Bretagne. Vérifiez si vous voulez, mais je jure que toutes les photos à suivre ont bien été prises au Danemark!

C’est la fin août et la météo commence à faire des siennes. Alors, lorsqu’une journée de beau temps se présente, il faut la saisir.

Samedi matin, 22 degrés Celsius, soleil. Que faire? Après quelques minutes de discussion, nous choisissons de partir tout au nord de l’île de Sealand (où se trouve Copenhague). Il y a quelques semaines, mon groupe de randonnée avait proposé une sortie dans les environs, et je n’avais malheureusement pas pu participer.

Esben insiste pour marcher dans une réserve appelée « Hornbaek plantage », et de mon côté j’insiste pour passer par le lac d’Esrum et son abbaye au retour.

Sur la route

La forêt artificielle d’Hornbaek

De Gilleleje à Hornbaek, les jolis villages balnéaires s’égrainent. L’un d’entre eux, Dronningmoelle, abrite un musée dédié au sculpteur (fou) danois Rudolph Tegners. Mais nous n’étions pas d’humeur pour un musée. Encore une fois, quand le soleil veut bien nous honorer de sa présence, il faut en profiter! Alors nous continuons, vers Hornbaek, et juste après la sortie du village, la pancarte « Horbaek plantage » apparaît.

La forêt artificielle d'Hornbaek

Carte d'Hornbaek plantageLa forêt d’Hornbaek a quasiment les pieds dans l’eau. Certains arbres ont même décidé d’aller faire trempette, et se sont arrêtés en route car en plein jour ils ne peuvent pas bouger. Ce serait se trahir!

Ce ne sont pas vraiment des arbres qu’on a l’habitude de voir en bord de mer, et pour cause, cette forêt est artificielle. Créée pour empêcher le vent d’ensabler les villages (comme à Skagen), cette forêt n’existe que depuis deux cent ans, sous l’ordre du roi Christian VI (en 1724).


Question organisation, nous avions prévu:

  • des petits sacs-à-dos légers (de vieux Quechua 15L et Fjällraven kanken), que nous avons remplis au supermarché d’Hornbaek. Beaucoup d’eau.
  • des chaussures ouvertes et confortables pour marcher dans le sable (Birkenstock).
  • des pulls, car en plein vent il peut vite faire froid.
  • de la crème solaire, pour ne faire plus que mon âge dans quelques années (les Danoises ne se méfient pas assez je trouve, quel dommage).
  • un podomètre Géonaute.
  • et bien sûr Scandi, qui nous suit partout.

Je commence à faire des infidélités à Quechua en « scandinavisant » mon matériel de randonnée: pull tricoté maison et un pantalon Fjällraven que je ne quitte plus tellement il est confortable, pratique, résistant et imperméable.

Depuis la plage d’Hornbaek, nous apercevons la Suède et la péninsule de Kullaberg, où nous avions randonné il y a presque un an. Ceci explique peut-être la couleur un peu rose des roches d’Hornbaek.

► Nous avons fait une boucle, commençant par la plage, pour revenir à la voiture par les bois. Une fois à la voiture, nous avons pris la direction du lac d’Esrum, à la recherche des moines cisterciens et de leurs délicieux produits!

L’abbaye d’Esrum

Abbaye d'Esrum au nord de CopenhagueAprès les Cisterciens de Chimay, nous rendons une petite visite aux moines d’Esrum. Cette abbaye cistercienne a été fondée en 1151 par des Français (cocorico), suivant la règle de saint Bernard. Comme à leur habitude, les moines n’ont pas choisi n’importe quel endroit: les abords du lac d’Esrum sont juste magnifiques. Ce fut un temps la plus grande abbaye cistercienne de Scandinavie et une étape de la route de Compostelle partant de Trondheim en Norvège. Au moment de la Réforme, l’abbaye a perdu de sa splendeur quand le roi bâtisseur Christian IV s’en est servi de « carrière » pour ses ambitieux projets. Neuf dixièmes des bâtiments ont disparu. C’est bien triste.

Heureusement, les moines n’ont pas cessé leur production de confiture, de miel et de bière! À noter pour les Français expatriés, on y trouve toute l’année une sélection de produits d’abbaye: de la bière de trappistes aux classiques de l’abbaye de Sept-Fons. Ils organisent également un beau marché de Noël médiéval.

Carnet pratique

Nous avons pris la route, plein nord direction Hillerød. Mais il est aussi possible de prendre le train régional jusqu’à Helsingør et d’utiliser le train local (lokalbaner) déservant les petits villages côtiers.


Et vous, ça ne vous rappelle pas un peu la Bretagne? 

 

10 thoughts on “Le nord du Sealand, un paradis de nature

  1. C’est une bien jolie balade au départ de Copenhague. Ça fait plaisir de découvrir ce coin du pays.

  2. Je veux bien aller faire un petit tour à l’abbaye d’Esrum,
    un peu de miel, un peu de bière je ne dis pas non moi!

  3. La Bretagne? La Normandie plutôt je trouve! D’ailleurs, c’est bien en Normandie, et non en Bretagne, que beaucoup de Danois (et pas mal de Norvégiens) ont élu domicile au Moyen-Age! 😉

    • Je confirme que les paysages sont similaires à ceux de mon enfance…en Bretagne. Et les Vikings sont bien passés par chez nous, pour piller entre autres. Ils se sont aussi installés sur Groix (c’est à dire tué tout le monde et utilisé l’île comme base stratégique), et à l’embouchure de la Loire (qui à l’époque était bretonne).

      • J’ai froissé le chauvinisme breton on dirait. Je suis pourtant breton moi aussi… Oui, on a eu notre part de Vikings, mais c’est vraiment anecdotique. Tu disais que « les Vikings se sont vite sentis à la maison en arrivant en Bretagne », or ils ne se sont pas installés durablement chez nous. En revanche, en Normandie, ils se sont bel et bien sentis à la maison, et ils en ont effectivement fait leur maison… ça n’ôte rien à la Bretagne! Merci pour l’article.

        • 😀 J’expliquais juste le sentiment que j’ai eu sur place: je me suis sentie à la maison pour le coup. Par ailleurs, je ne connais pas très bien la Normandie. Je vois mal comment j’aurais pu avoir l’impression d’y être. Quand je dis que que les Vikings se sont sentis à la maison, il faut y voir la pointe d’ironie: ils se sont sentis comme chez eux = ils se sont servis sans demander la permission. Et au passage, je pense que la Bretagne s’en serait bien passée…

          • Oups, je n’avais pas saisi l’ironie. En effet, la Bretagne s’en serait bien passée!
            Au plaisir de lire d’autres articles tout aussi intéressants. Bon Danemark!

          • Bon, je ne maîtrise pas encore l’art de l’ironie apparemment. C’est assez difficile de trouver un juste milieu quand le Danemark est idéalisé par les Français, et quand il ne faut pas tomber dans la critique forcenée à la française…échec total 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *