De l’art de faire sa lessive à Copenhague

lessive danemark

Quand on vit à l’étranger, il faut tout réapprendre, même à faire sa lessive. 

Joies et déconvenues de la lessive au Danemark

Je l’avais déjà évoqué dans les choses qui me choquent dans la vie danoise : la lessive –vask, est un rituel assez particulier et parfois complexe pour tout néophyte. Entre le système universitaire et soviétique, les immeubles en copropriétés sont dotés d’une salle de laveries au sous sol. Un badge active un petit boitier qui commande (en danois) les grosses machines à laver et le sèche-linge. Je n’ose pas toucher au rouleau à repasser les draps. La réservation des machines se fait au moyen d’un petit cadenas correspondant à son appartement, que l’on pose sur un créneau horaire: vasketid, un jour précis du mois. Il y a peut-être d’autres systèmes dans d’autres copropriétés. Je rêverais d’une solution en ligne, pour éviter de se déplacer à chaque fois, parfois rien que pour vérifier la date de la prochaine lessive, ou quel local est réservé.

Comme souvent, il y a des avantages et des inconvénients. J’apprécie ne pas avoir à caser la machine à laver dans la cuisine. C’est un sacré gain de place, mine de rien. C’est également bien pratique de n’avoir ni à se soucier de l’entretien de la machine, ni d’appeler le réparateur en cas de panne. Si je salue la bonne idée d’avoir des horaires bien délimités pour faire sa lessive et de ne pas devoir subir les essorages tardifs des voisins, je trouve très contraignant de devoir aller poser son petit cadenas deux semaines à l’avance pour pouvoir espérer ne pas devoir se taper le créneau de 6h du mat. Quant aux lessives d’urgences…c’est forcément à la main.

Je n’irais pas jusqu’à dire que je m’y suis habituée, mais à force, on s’organise. La lessive s’inscrit dans l’agenda hebdomadaire, comme beaucoup de choses au Danemark. Et puis, le vasketid, c’est aussi le charme de se retrouver dans des situations uniques et tellement danoises!

Quand tu fais ta lessive au Danemark

  1. Tu t’es baladé dans la rue avec toutes tes fringues dans de gros sacs Ikea / grosses valises à roulettes (vu!)
  2. Tu connais bien le problème de la chaussette qui en profite toujours pour se barrer.
  3. Tu es tombé sur un voisin en petite tenue au sous-sol un dimanche matin.
  4. Tu as eu la flemme d’aller poser ton cadenas sur le tableau, et a dû te lever à 6h de mat pour chopper le premier créneau.
  5. Tu traverses la cour en pyjama en priant pour ne croiser personne (mais en fait tout le monde s’en fout de ton look).
  6. Tu t’es fait doubler par un voisin qui prétend ne pas connaître la règle des 15 minutes (on peut être 15 minutes en retard, ensuite on perd sa réservation).
  7. Tu as quémandé un créneau à l’arrache en espérant que la personne d’avant n’ait que des cycles courts.
  8. Tu as utilisé ta lessive comme excuse pour échapper à un rdv.
  9. Tu t’es retrouvé en stress en réalisant que tu n’avais pas de lessive une fois au sous-sol, et tu as dû te retaper tout le trajet jusqu’à l’appart / courir au supermarché le plus proche en priant pour que personne ne vire tes fringues des machines.
  10. Tu as maudit ton voisin pour les traces de javel sur ton t-shirt noir préféré.
  11. Tu as failli enfermer ton voisin derrière la vitre du sèche-linge XXL, pour avoir viré tes fringues encore mouillées pour y mettre les siennes à la place.
  12. Tu as trouvé des choses indécentes dans le tambour de la machine à laver, du string léopard au slip kangourou, en passant par le vibromasseur (c’est arrivé à Esben)!

A post shared by Karina Lykke (@no_el_mor) on


Avez-vous des histoires de lavandières: des conditions, disons « particulières » pour faire votre lessive? 

8 thoughts on “De l’art de faire sa lessive à Copenhague

  1. Salut!
    Je ne sais pas si tu as le même système que moi mais tu peux créer un compte sur http://www.payperwash.com/ et de là, voir les réservations de ton immeuble 🙂 Je galère un peu pour démarrer, je n’ai pas le badge et j’ai mis du temps à comprendre que je devais le demander à mon concierge (enfin, le ‘manager’ de l’immeuble plutôt!). Mon copain (danois) ne comprend pas l’intérêt d’utiliser un sèche-linge pour les draps, c’est tellement plus simple de les suspendre à toutes les portes de l’appartement! 😉

    • Salut Florence, J’ai demandé à mon copain s’il y a avait un système en ligne pour notre andel (300 apparts) et il m’a dit que non 🙁 Lui c’est plutôt l’inverse: tous les draps et serviettes au sèche-linge, alors que j’ai toujours tout fait sécher dehors (j’ai grandi à la campagne). Aaah, c’est fou comment les choses les plus simples peuvent devenir compliquées…

  2. Coucou ! Je vais à Copenhague bientôt pour des vacances et ton article m’a bien fait rire ! J’ai hâte de découvrir ce pays si particulier 🙂

  3. Quand j’ai vu le titre, j’ai de suite été te lire!!! Aaaahh la machine à laver en sous-sol dans la cave je ne m’y habitue toujours pas!!
    On est sur le point de déménager et lorsque l’on a appris que ce nouvel appart avait une machine à laver dans la salle de bain, on a été aussi contents que d’apprendre que l’on avait gagné au loto !!!

    • C’est une expérience à vivre au Danemark 😉 En bonne tradition danoise de partage des tâches ménagères, Esben descend à la lessive, et je ne m’occupe que de la partie étendage /pliage…donc je m’en sors bien, héhé 🙂

  4. Tes déboires me ramènent 20 ans en arrière en Suisse, ou j’ai découvert ce système. Dans mon immeuble, et ceux de mes amies, le système était différent, il y avait un tableau avec les créneaux établis par le syndic à l’avance; donc tu savais que le lundi matin, tous les 15 jours c’était ton tour, par exemple. En cas d’urgence il était toujours possible de négocier avec un voisin (pas trop bête). Forcément je me suis pris la tête avec la voisine pas très sympa qu’a sorti mon linge et posé n’importe comment sur une machine parce que je suis arrivé 1min après la fin du cycle! Elle n’a pas recommencé!
    Quand on est jeune, ne pas avoir a acheter une machine à laver+sèche linge (dans le grand nord) c’est quand même pratique.
    Les « balades » avec les sacs ikea remplis de draps que je n’arrivais pas a faire sécher chez moi en hiver, pour aller utiliser les séchoirs de la laverie du coin de la rue, je l’ai vécu aussi, mais en Belgique.
    Maintenant avec une famille de 5 personnes, je pense que je trouverais ça difficile à gérer (je lance presque une lessive par jour).

    • Oula, au moins nous choisissons nous-même le créneau! Je suis d’accord que c’est vraiment pratique de ne pas avoir sa propre machine pour pouvoir déménager facilement, et puis sans enfants, ça se gère effectivement très bien. Et pour le séchage, avec nos deux balcons, ça sèche dans la journée presque à chaque fois. J’aime bien forcer le trait 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *