La boucle viking des temps modernes, la descente de la Manche

Little Venice

La destinée de l’été 2015 a été plutôt mouvementée, passée d’une dizaine de jours en Islande à un été 100% danois, pour finir en roadtrip à travers l’Europe du nord (et un peu de Danemark quand même). À l’instar des Vikings, nous avons profité des vents porteurs pour passer nos vacances sur les côtes bretonnes. Par contre, Copenhague-Brest ne se fait pas sans escales. Belle excuse pour lancer un roadtrip à travers l’Europe du nord. Attention départ, premier arrêt, l’Angleterre!

Stop-over à Londres

En raison d’un préavis de grève des contrôleurs aériens français, j’ai cherché des alternatives pour voyager de Copenhague à Brest, sans passer par Paris. Automatiquement j’ai vérifié la solution londonienne et les tickets d’avion étant 100 euros moins cher que pour Paris, la prise de décision n’a pas été longue.

Londres est pour moi synonyme de travail. J’y passais à peu près cinq fois par an avant de m’installer à Copenhague. C’est la première fois que j’y allais en mode touriste. Esben, lui n’avait pas mis les pieds à Londres depuis 20 ans: raison de plus!

Nous avons donc passé 48h à Londres, où une grève de métro historique nous attendait. Pile pour fêter mes trente ans. J’adore l’humour anglais!

Cependant, la gestion de grève à l’anglaise est bien plus supportable qu’en France. Comme quoi c’est possible de ne pas être agressif et de respecter son prochain…

48h à Londres, sans faire les classiques (ou presque)

La grève du métro londonien, surnommé Tube, a quelque peu modifié nos plans. Mais en fait, rien de bien méchant, étant donné que le bus et l’Overground fonctionnaient toujours. C’était l’occasion de découvrir l’Overground, que je n’avais jamais pris, malgré mes nombreux passages à Londres.

Comme j’ai passé la plupart de mes séjours à Londres à faire des visites ultra-classiques et beaucoup accès sur le shopping (la joie des voyages organisés), exit le shopping (pendant les soldes ça a été dur de résister), exit Big Ben, the House of Parliament et Buckingham palace.

Logeant dans un appartement dans le nord de Londres, nous avons exploré localement, notamment le long du Regent’s canal: Little Venice, Abbey road, Primerose hill, Camden town.

Le deuxième itinéraire principal a été de prendre un double-decker depuis notre quartier nord, jusqu’à Covent garden. Puis de Covent garden, nous avons pris un autre bus jusqu’à la City, pour prendre de la hauteur au Sky bar et enjamber la Tamise à Tower bridge.

De Londres à Brest

Notre balade à Little Venice s’est terminée à la gare de Paddington, d’où nous devions prendre notre train pour Plymouth. Début de panique quand nous constatons que notre train manquait à l’affichage. Nous nous dirigeons vers les gens en vestes fluo. Très serviable, l’un d’entre eux nous explique que les trains sont en grève (décidément) et que seulement un train sur deux est en circulation. Il nous remet alors un coupon de 5 livres chacun à dépenser dans la gare en attendant le prochain train. Plutôt sympa! Nous en avons profité pour visiter la boutique de l’ours Paddington 😉

Dès l’arrivée du train, nous avons sauté sur nos places, un peu en stress de se faire déloger. Mais personne n’est venu. Premier arrivé, premier servi. Le fair play anglais. Nous avons fait route avec un chiot d’aveugle adorable, qui s’allongeait sur nos pieds. Bref les grèves anglaises, ça se vit bien!

À Plymouth, nous avons juste eu le temps de visiter brièvement et de dîner au vieux port avant de prendre notre ferry pour Roscoff.

Comment occuper un Viking en Bretagne?

Esben ne s’est pas fait prier pour aller en Bretagne: des températures estivales supportables (similaires au Danemark quoi) et une gastronomie hors paire. Même si le crabe a été déclaré peu intéressant en termes de rapport travail pour nourriture extraite, et le baptême de l’huître s’est avéré peu probant. En revanche, le kig ha farz a été validé en tant que remède à gueule de bois et Esben été adoubé (à plusieurs reprises) breton d’adoption par les Brestois éméchés.

Conseils en vrac

  • Acheter une Oyster card, et la recharger avec un pass journalier à £6,40.
  • Penser à se mettre du bon côté de la route pour attendre le bus!
  • Se pointer au Sky bar après 18h pour un beau coucher de soleil. En journée il faut une réservation (gratuite) en ligne. Ne tardez pas car il y a trois semaines d’attente parfois.
  • Sortir des quartiers touristiques pour vivre le Londres des Londoniens. C’est bien plus calme que dans l’hyper-centre!
  • Le site pour réserver ses tickets de train en Angleterre: The Train Line.
  • Pas besoin de bloquer la circulation sur le célèbre passage piéton d’Abbey road, une caméra prend des photos de vous et les diffuse sur le site Internet des studios pendant 24h. Notez bien votre heure de passage!

Affaire à suivre avec le retour à Copenhague par voie terrestre!

3 thoughts on “La boucle viking des temps modernes, la descente de la Manche

  1. Avoir un chiot qui dors sur mes pieds pendant un voyage en train, je veux! Ce voyage a l’air vraiment chouette. J’avais visité cette ville avec l’école et je ne connais que les lieux touristiques. Ces photos me donnent envie d’explorer Londres autrement! 🙂

    • Merci Nathalie 🙂 Londres est immense et il y en a vraiment pour tous les goûts! À chaque fois j’ai l’impression de seulement l’effleurer, et une envie féroce d’y retourner!

  2. Probablement le fils d’Elton, le chien d’Olivier, ce chiot !… 😉 Et le crabe-marteau, que des bons souvenirs, Guapa ! Hope you feel good que c’est quoi hein ! Bisous ! 😉 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *